U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Montpellier HSC / Toulouse FC

 11 / 20 Tour de France des clubs de L1 :  Toulouse FC 

Toulouse FC
  • Président : Olivier Sadran
  • Entraîneur : Alain Casanova
  • Fondé en : 1937
  • Stade : Stade Municipal (35575)
  • Couleurs : Violet et blanc
  • Palmarès : 
  • Coupe de France : 1 (1957)
  • Ligue 2 : 3 (1953, 1982, 2003)

Onzième volet de notre série d'été sur les 20 clubs de Ligue 1. Place à Toulouse, qui repart avec Alain Casanova mais de nouvelles bases tactiques, pour recréer une dynamique.

Toulouse : 8 questions pour une saison - Football - Ligue 1

Le TFC joueur, pour combien de temps ?

Casanova l'austère a rendu son tablier. Place à Alain l'audacieux. En cette intersaison, l'entraîneur du TFC a choisi de reprendre le 3-5-2 étrenné avec succès en fin de saison passée (trois victoires, une défaite) en installant des joueurs offensifs dans l'entrejeu. L'ailierAdrien Regattin y a fait quelques gammes avant de laisser la place au meneur de jeu argentin Oscar Trejo, venu éclairer le jeu toulousain. Sur ses six matches de préparation, la formation d'Alain Casanova tourne à deux buts par match en moyenne. Mais les Violets sont restés muets face à Montpellier (0-0), leur seul adversaire de Ligue 1.

Notre première réponse : Aussi longtemps que la dynamique de résultats le permettra, pas de raison de changer d'orientation. Mais en cas de gros vent, il y a de bonnes chances de voir le TFC bétonner à nouveau.

Ben + Ben, addition gagnante ?

Maintenant que deux attaquants vont occuper le front offensif, c'est l'association qui fait rêver les supporters toulousains : le point d'ancrage Eden Ben Basat et le mobile Wissam Ben Yedder. L'association de l'impact physique et de la vivacité technique pour concrétiser les nouvelles intentions du TFC. Jamais associés au coup d'envoi d'un match de L1 depuis l'arrivée de l'Israélien en février, les deux hommes ont inscrit séparément un total de 27 buts la saison passée en championnat. Et ensemble ? Le Stadium a envie de savoir.

Notre première réponse : Le talent est là, les profils semblent complémentaires… Reste à peaufiner les automatismes et à trouver de la régularité dans les performances, surtout pour Ben Yedder.

Toulouse (TFC) : 8 questions pour une saison - Football - Ligue 1

Qui partira vraiment ?

Leur situation a toujours semblé claire : cet été, Étienne CapoueFranck Tabanou et Cheick MBengué avaient chacun un bon de sortie. Mais il a fallu près de deux mois de mercato pour que le milieu gauche prenne la destination de Saint-Étienne. Quant à Capoue et M'Bengue, ils n'ont pas encore quitté le navire toulousain malgré des touches plus ou moins sérieuses. Une situation qui ne semble pas vraiment perturber Alain Casanova, qui a anticipé leur départ. Le temps de jeu de Tabanou et MBengué a été réduit à portion congrue lors des matches de préparation. Et des remplaçants sont déjà identifiés pour Capoue.

Notre première réponse : Cela prendra le temps qu'il faut, Olivier Sadran n'étant pas un homme pressé, mais les départs ont été suffisamment bien anticipés pour que chacun trouve son compte.

Une nouvelle génération au pouvoir ?

Jean-Daniel Akpa-Akrpo (20 ans) et Issiaga Sylla (19 ans) sont encore des "Pitchounes", des vrais. Mais tous deux ont profité de la révolution entreprise par Alain Casanova pour s'installer sur les ailes du 3-5-2. Sylla a connu son baptême du feu en Ligue 1 lors de la 35e journée et a participé aux trois suivantes. Sa participation ne s'est pas démentie cet été, avec une activité de premier ordre sur le côté gauche lors de la préparation. À droite, Aka-Akpro n'est pas en reste, profitant de l'indisponibilité de Ninkov.

Notre première réponse : L'intersaison favorise l'expression des jeunes mais ces deux-là ont suffisamment séduit pour s'installer.

Les supporters se feront-ils entendre ?

La prolongation de Daniel Braaten et l'arrivée de David Trézeguet ont fait l'objet de deux pétitions sur le Net sans se concrétiser. La démission d'Alain Casanova, réclamée par des chants et même une banderole au Stadium, les supporters du TFC ne l'ont pas plus obtenue. Et en tribunes, ils se font trop discrets. "À Toulouse, il y aura toujours 15.000 spectateurs et on ne pourra rien leur reprocher,expliquait Casanova en mai 2012. Le reste vient à l'évènement, pour voir jouer Marseille et Paris." Ou accompagner le club dans de belles épopées comme il n'en a plus connues depuis trop longtemps.

Notre première réponse : Le président Olivier Sadran se caractérise par la fermeté de ses positions, il en faudra beaucoup pour l'impressionner.

À quel niveau retrouvera-t-on Ahamada ?

Révélation il y a deux saisons, star de l'automne 2012 après son coup de tête victorieux face à Rennes, Ali Ahamada a ensuite subi le contrecoup de toute cette effervescence. Sur les deux dernières saisons, le jeune gardien toulousain (21 ans) affiche le deuxième ratio parades/tirs cadrés de Ligue 1, derrière Salvatore Sirigu (75,7% contre 78,3% pour le gardien du PSG). Si 2013 a pour l'instant été difficile, Ahamada est réapparu en verve lors de la préparation.

Notre première réponse : Le talent, Ali Ahamada l'a sans aucun doute possible. Il semble avoir retrouvé les dispositions pour l'exprimer.

Toulouse (TFC) : 8 questions pour une saison - Football - Ligue 1

Le TFC émergera-t-il du ventre mou ?

10e la saison passée, 8e les deux précédentes… On est loin du yoyo 16-3-17-4-14 observé entre 2006 et 2010. Les dernières fins de saison toulousaines ont baigné le TFC dans une forme de léthargie, entre maintien assuré, qualification européenne envolée et coupes abandonnées. Où est le frisson ? Pas dans les objectifs affichées pour la saison à venir : le maintien, pour comencer, le reste viendra plus tard.

Notre première réponse : En L1, la hiérarchie est si fluctuante que tout est possible. À commencer par une nouvelle place de 10.

Alain Casanova est-il inamovible ?

Le TFC attaque sa sixième saison sous la houlette d'Alain Casanova. Les précédents exercices ont vu les Violets connaître le meilleur, avec une quatrième place dès la prise de fonction de Casanova, et des moments de plus fortes turbulences. En cause, des résultats irréguliers mais surtout, aux yeux des supporters, le style de jeu de la formation toulousaine. Pas de quoi émouvoir le président Sadran : "Lorsqu'il a prolongé l'an dernier (en septembre), nous n'avions même pas pensé l'un et l'autre qu'il arrivait en fin de contrat ! C'est Jean-François Soucasse (directeur général), un jour, qui s'en est rendu compte ! Je ne sais même pas s'il a prolongé un ou deux ans..."

Notre première réponse : Si le TFC ne file pas droit dans le mur, Alain Casanova ira jusqu'au bout de son contrat, en juin 2014. Et peut-être même plus loin.

  12 / 20 Tour de France des clubs de L1 :  Montpellier HSC 

Montpellier Hérault
  • Président : Louis Nicollin
  • Entraîneur : Jean Fernandez
  • Fondé en : 1974
  • Stade : Stade la Mosson (32500)
  • Couleurs : Bleu et orange
  • Palmarès : 
  • Coupe de France : 2 (1929, 1990)
  • Ligue 1 : 1 (2012)
  • Ligue 2 : 2 (1981, 1987)

Douzième volet de notre série d'été sur les 20 clubs de L1. Parlons de Montpellier, qui a de moins en moins de points communs avec l'équipe championne en 2012.

Montpellier : 7 questions pour une saison - Football - Ligue 1

Quelle identité de jeu ?

En nommant Jean Fernandez à la tête du MHSC, Loulou Nicollin a marqué une rupture totale avec l’ère René Girard. Habitué à un football basé sur la possession de balle et l’allant offensif, le public de la Mosson devrait être moins gâté dans les saisons à venir. Les équipes dirigées par Jean Fernandez (Auxerre en est le meilleur exemple) évoluent en contre et laissent volontiers le cuir à l’adversaire pour le surprendre sur contre-attaque. Le MHSC a les joueurs pour évoluer dans un schéma de contre : un axe central solide Hilton-El Kaoutari, devant des joueurs rapides comme Cabella, Bakar ou Mounier qui peuvent s’appuyer sur la puissance de Charbonnier ou Herrera. Les premiers matches de la saison devraient nous éclairer sur l’option de jeu choisie par Jean Fernandez et ses adjoints.

Notre première réponse : Le style de jeu de Montpellier va changer quoi qu’il arrive.

Loulou Nicollin en aura –t-il toujours après ses joueurs ?

Louis Nicollin est certainement un des meilleurs clients de Ligue 1. Entre bons mots et déclarations polémiques, le président montpelliérain a le mérite de la franchise. Ses joueurs sont souvent sa cible privilégiée. À plusieurs reprises la saison dernière, Loulou a fustigé l’attitude de son équipe : “ Quand je vois comment ça s’est passé depuis ce titre, j’aurais préféré ne pas être champion,déclarait-il à La Provence en janvier dernier. Il y en a qui ont pris la grosse tête. Oh que oui ! (…) Il a fallu augmenter certains d’entre eux qui boudaient si on ne le faisait pas. Quel bordel avec tous ces impresarios à la con ! ”. Que restera-t-il de ce sentiment ? Le patron 

c’est lui et il tient à le rester. Jean Fernandez devra apprendre à cohabiter avec Louis Nicollin et ses sorties médiatiques.

Notre première réponse : Nicollin ne se refait pas. Il trouvera toujours un moyen de piquer ses joueurs, à tort ou à raison.

Ligue 1 : MHSC, 7 questions pour la saison de Ligue 1 2013-2014 - Football - Ligue 1

 

Pourquoi le successeur de Giroud ne s’est toujours pas révélé ?

Gaëtan Charbonnier (4 buts en L1), Emanuel Herrera (6 buts en L1) n’ont pas donné satisfaction aux dirigeants montpelliérains. Recrutés pour pallier l’absence d’Olivier Giroud (20 buts en L1 lors de la saison 2011-2012), les deux hommes sont loin du compte. Seul Souleymane Camara avec ses dix réalisations présente des statistiques honorables à la finition. Mais le Sénégalais n’est pas un buteur au sens propre. Djibril Cissé semblait favori pour venir garnir la ligne offensive de la Paillade mais Nicollin qui qualifiait le joueur de “ DJ ”a fermé la porter à l’ancien de QPR. Et comme souvent Loulou a eu le dernier mot : “Ce ne sera ni Cissé, ni personne. On va faire avec Herrera et Charbonnier. Et puis on verra bien. ” Depuis, Djamel Bakar est arrivé. Maigre consolation.

Notre première réponse : Sans avant-centre performant, Montpellier est condamné à rentrer dans le rang, comme la saison dernière.

Champion il y a un an, neuvième l’an passé : Où se situe le MHSC ?

Champion de France 2012 brillant (82 points) devant le PSG version QSI, le MHSC avait réalisé une saison hors norme. L’exercice 2012-2013, Montpellier a connu un trou d’air et terminé la saison à la neuvième place, fortement pénalisé par l’investissement fourni en Ligue des champions. Loin des objectifs de Coupe d’Europe fixés par le président Nicollin. Depuis son retour en Ligue 1, le club de l’Hérault réalise les montagnes russes (5e en 2010, 14e en 2011, 1er en 2012, 9e en 2013). Hormis l’année du titre, Montpellier ne surperforme jamais. Avec des moyens limités, les Montpelliérains peuvent espérer bien figurer, mais pas jouer les premiers rôles.

Notre première réponse : Le réel niveau du MHSC se situe entre le cinquième et la dixième place.

Ligue 1 : MHSC, 7 questions pour la saison de Ligue 1 2013-2014 - Football - Ligue 1

 

La Mosson sera –t-elle toujours imprenable ?

Montpellier a pris la bonne habitude d’être régulier à domicile. Depuis deux saisons, Rémy Cabella et ses coéquipiers régalent le public pailladin. L’année dernière les Héraultais avaient terminé troisièmes au classement “domicile” (11 succès, 3 défaites), l’année du titre avait été exceptionnelle (16 victoires, 1 revers). Sur ces bases solides, Jean Fernandez doit préserver ce rendement. Ceci permettrait au MHSC de pouvoir d’espérer d’être dans les temps pour se mêler à la course à l’Europe.

Notre première réponse : Avec un nouveau style de jeu, Montpellier aura un temps d’adaptation qui pourrait l’amener à quelques accrocs.

La caution “ Made in La Paillade ” est-elle toujours d’actualité ?

Avec les départs de Mapou Yanga Mbiwa, Younes Belhanda (Dynamo Kiev) et René Girard (Lille), Montpellier a perdu de sa fibre locale. Le départ probable d’Henri Bédimo pourrait accentuer ce phénomène. Ce label montpelliérain risque –t-il de s’effriter avec l’arrivée de Jean Fernandez ? Peu probable. Énormément de joueurs de l’effectif actuel sont issus du centre de formation : Cabella, Aït-Fana, Stambouli… Ils sont les garants de cette “marque Paillade” chère à Louis Nicollin. Cet état d’esprit est préservé par l’équipe dirigeante du club : Michel Mézy (conseiller du président), Laurent Nicollin (président délégué), Bruno Carotti (directeur sportif), qui sont tous des hommes du cru.

Notre première réponse : La Paillade est l’ADN du MHSC. On ne peut pas l’en dissocier.

Ligue 1 : MHSC, 7 questions pour la saison de Ligue 1 2013-2014 - Football - Ligue 1

 

Cabella peut-il être le leader technique de l’équipe ?

Le départ de Younes Belhanda propulse Rémy Cabella aux premières loges. Certes, le meneur de jeu est un membre important du onze montpelliérain depuis deux saisons mais on attend plus de lui. Il doit être le joueur qui fait gagner Montpellier. À 23 ans, Cabella doit s’affirmer et continuer sa progression qui jusqu’ici n’a pas connu d’accroc important. Avec le soutien du président Nicollin qui le considère “invendable” Cabella a toutes les armes en mains pour porter le MHSC sur ses épaules. D’autant plus que s’il est convaincant, un bon de sortie pourrait lui être accordé à la fin de la saison. Mais nous n’en sommes pas là.

Notre première réponse : L’environnement est idéal pour que Cabella assume ses responsabilités.

Ligue 1 : MHSC, 7 questions pour la saison de Ligue 1 2013-2014 - Football - Ligue 1

 

 

Retour au boulot pour les footballeurs de Montpellier. Une rentrée, version Fernandez, sur la pointe des pieds au domaine de Grammont. L'effectif n'est pas encore au complet mais l'entraînement a repris, tout de même, ce jeudi matin.

Montpellier - le premier entraînement de l'ère Fernandez du MHSC - 27 juin 2013. © F3 LR

Montpellier - le premier entraînement de l'ère Fernandez du MHSC - 27 juin 2013.

Premier sorti des vestiaires, ce jeudi matin, Jean Fernandez, le nouvel entraîneur de Montpellier suivi de 23 joueurs seulement. Parmi eux, une seule recrue, Djamel Baka, l'attaquant de poche en provenance de Nancy, 1m71 et 5 buts l'an passé.
Absents en revanche : Younès Belhanda et Henri Bédimo, les 2 plus gros salaires du club. Ils sont sur le départ et ont reçu des propositions fermes de clubs étrangers. Du montant de leurs transferts, estimés à 11 millions d'euros, dépendra le futur visage de MHSC.
Après une année, post titre de Champion de France, difficile à digérer financièrement, le Montpellier Hérault repart avec des ambitions mesurées.
Jean Fernandez, le coach, va donc attendre encore quelque temps son attaquant de pointe. Et ce ne sera pas Djibril Cissé. Il s'en accommode pour l'instant.

Montpellier - le premier entraînement de l'ère Fernandez du MHSC - 27 juin 2013. © F3 LR

Le premier entraînement dirigé par Fernandez a plu aux joueurs. Beaucoup moins physique que sous l'ère Girard. Ils ont apprécié de toucher le ballon dès le premier jour et sentent le changement.

Fernandez a maintenant 1 mois et demi pour peaufiner son collectif et trouver son équipe type. Il aura la pression car
l'ouverture du championnat, ce sera le 9 août face au PSG.

Montpellier (L1) a effectué jeudi au centre sportif de Grammont la reprise de l'entraînement sous la conduite de son nouvel entraîneur Jean Fernandez et sous l'oeil du président Louis Nicollin.
"Le président est un peu déçu par la saison passée. Je veux rendre du plaisir et du bonheur aux gens. On a les moyens de réussir une belle saison, à savoir finir entre la 5e et la 10e place. Je me fais à l'idée de titiller les équipes du haut de tableau", a indiqué Fernandez, ex-entraîneur de Nancy qui succède à René Girard, l'homme du titre de 2012.
Une seule recrue, l'attaquant Djamel Bakar (Nancy) était présent pour ce premier rendez-vous. Le jeune milieu offensif Morgan Sanson, transféré du Mans (L2), bénéfice de jours de repos suppléementaires avant le championnat d'Europe des moins de 19 ans.

Enfin, le défenseur ivoirien du PSG Siaka Tiéné, en contact avancé avec Montpellier, n'était pas là non plus. "Il est venu deux jours et est reparti pour des raisons personnelles", a expliqué Laurent Nicollin, président délégué.
Montpellier est toujours dans l'attente des départs du meneur de jeu franco-marocain Younès Belhanda et du défenseur camerounais Henri Bédimo, absents pour la reprise après avoir joué avec leur sélection respective au mois de juin. "On a deux propositions fermes pour Younès Belhanda. On a trouvé un accord avec ces clubs. Maintenant, c'est à lui de choisir. Pour Henri Bédimo, on attend deux propositions qui devraient se décanter dans la première quinzaine de juillet. Avec les Anglais, c'est un peu plus long", a précisé Laurent Nicollin.

"De toute façon, on doit solder le cas de Belhanda ou Bédimo pour étudier les deux ou trois pistes que l'on a pour un avant-centre. Plus simplement, on doit vendre un joueur pour équilibrer un budget".
Peu satisfait du rendement des attaquants Emanuel Herrera et Gaëtan Charbonnier, Montpellier désire engager un buteur. L'attaquant Djibril Cissé, approché au cours de l'intersaison, figure t-il encore sur cette liste?

Les discussions sont actuellement suspendues avec le joueur encore sous contrat un an avec Queens Park Rangers (D2 anglaise). "Dans la vie, il ne faut jamais dire que quelqu'un ne viendra pas. Mais, je n'ai pas envie de payer un DJ aussi cher.
S'il vient à la pige, on verra", a estimé le patron montpelliérain Louis Nicollin qui a peu apprécié que Cissé s'improvise en DJ dans un bar et une boîte de la ville le week-end dernier.
L'ancien champion de France, qui disposera d'un budget de 40 à 50ME, a considérablement élagué son effectif avec le départ de neuf joueurs, notamment ceux de John Utaka, Marco Estrada ou encore Mapou Yanga-Mbiwa, transféré cet hiver à Newcastle.
A l'inverse, le milieu offensif Rémy Cabella, auquel Nicollin a refusé un transfert à l'OM, a participé au début de la préparation.

Louis Nicollin en 3 questions

Louis Nicollin, a expliqué jeudi qu'il ne ferait "pas de folies" à l'intersaison pour le recrutement, à l'occasion de la reprise de l'entraînement du club héraultais de football.

Question: Quel discours avez-vous tenu à vos joueurs pour cette reprise ?
Réponse: "J'ai demandé aux joueurs de gommer la saison passée, qui a été pour moi une très mauvaise saison. Comme je leur ai dit, je suis très remonté. Ils me doivent quelque chose car je ne peux pas accepter de finir à la 9e place avec l'effectif que l'on avait, les joueurs que l'on a pris et les salaires que l'on a donnés. Dans ma tête, cela sera dur à effacer. Je suis très content de mon nouvel entraîneur (Jean Fernandez, ndlr). Il y a très longtemps que j'aurais dû le prendre mais il était dans des grands clubs. J'espère qu'il fera du bon boulot. Au moins cela fera "fermer la gueule" à quelques uns".

Q: Où en est le recrutement ?
R: "Pour les recrues, on va attendre les opportunités, mais on ne fera pas de folies. Le football va très vite. Quand je vois qu'Auxerre, l'ancien club de +Jeannot+ (Jean Fernandez, ndlr), a frisé la correctionnelle, je ne veux pas vivre la même chose. On ne fait pas d'efforts surhumains, mais on n'a pas à en faire. D'autant que je m'attends à une baisse de fréquentation après notre participation à la Ligue des champions. Comme dit mon fils (Laurent Nicollin, président délégué, ndlr), +vendons Younès Belhanda, vendons Henri Bédimo, et ensuite on verra+". Quant à Djibril Cissé, c'est un très grand joueur qui ne déparera pas à Montpellier, mais ne je ne veux pas balancer les sous comme ça. Après, dans la vie, il ne faut jamais dire que quelqu'un ne viendra pas. Mais, je n'ai pas envie de payer un DJ aussi cher. S'il vient à la pige, on verra. Mais vu les sous qu'il gagne en Angleterre, la Paillade devrait vendre un sacré nombre de camion-poubelles!".

Q: Quel est votre objectif ?
R: "Etre dans les dix premiers et gagner une petite Coupe de France. Ce n'est peut-être la première année que l'on y réussira, mais j'aimerais bien retourner en finale. Il n'y a que la Coupe de France pour attirer autant de monde sur la (place de la) Comédie après un titre. Avant de prendre ma retraite, cela serait sympa".