U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Journal Sportif de la Vienne Page 1

                                          
                                                 

                              LE PETIT JOURNAL SPORTIF DE LA VIENNE    Page 1   

                                           US Les Ormes - Football
                                              
                                     ... VENDREDI 07 MARS ...                                 
_ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 
Football - journée des filles et des femmes samedi : En avant toutes à Saint-Benoît
Une fois n'est pas coutume, les demoiselles auront les terrains de Saint-Benoît pour elles et rien que pour elles. - Une fois n'est pas coutume, les demoiselles auront les terrains de Saint-Benoît pour elles et rien que pour elles. - (Photo cor., Alain Biais)
Une fois n'est pas coutume, les demoiselles auront les terrains de Saint-Benoît pour elles et rien que pour elles. - (Photo cor., Alain Biais)

Lesorganisateurs sont vernis. La Journée de la femme, de toutes les femmes (de 5 ans aux seniors), initiée par la commission de féminisation du district, samedi au stade de la Varenne à Saint-Benoît, sera accompagnée d'un soleil généreux. « Ce n'est pas l'idéal avec la fin des vacances, mais au moins il va faire beau », observe d'emblée Claude Brunet.

Le responsable de la commission féminisation plante le décor de cette journée insolite. « Toutes les gamines licenciées de 5 à 10 ans sont invitées pour un rassemblement d'envergure. Par ailleurs, se déroulera un tournoi U13, U12, U11 qui permettra aux vainqueurs de participer à la finale du challenge régional. Enfin, Soyaux(D1), dirigé par un éducateur de la Vienne (Jean-Claude Barrault), affrontera une sélection féminine départementale. Nous allons bénéficier de la plus belle des vitrines. » La Vienne est le département de la Ligue qui compte le plus de licenciées (675 en janvier dernier), mais face aux 12.500 masculins, le rapport de forces est déséquilibré. « Un peu à l'image du futsal, nous avons du mal à développer le secteur féminin », déplore Claude Brunet.
Voilà l'enjeu de cette journée, laquelle s'inscrit dans un cadre promotionnel. « A l'instar de la FFF (1), nous lançons un appel aux joueuses mais aussi aux encadrantes, poursuit Claude Brunet. Les femmes ont une autre vision du football. Elles sont plus disciplinées, respectueuses et ont un rapport différent aux enfants. Ça manque à notre football. » A ce jour, la Vienne totalise 344 dirigeantes et éducatrices (contre 1.900 masculins). Il y aura peut-être un avant et un après Saint-Benoît.

(1) L'opération « Mesdames franchissez la barrière » est en marche.

De 10 h à 12 : rassemblement des écoles féminines du 86 et des licenciées de 5 à 10 ans. 12 h à 13 h : pause buffet (moment d'échanges). 13 h à 17 h : challenge national U13, U12, U11 (compétition officielle). 18 h : match de gala entre Soyaux (D1) et sélection de la Vienne seniors. > Entrée gratuite.

Volley-ball - élite féminine (7e journée en play-down) : Une belle occasion à saisir
Victime d'une petite entorse du genou à Mulhouse, Rozier est incertaine pour la rencontre très importante à Niort. - (Photo cor., Benjamin Degenne)

En l'emportant avec autorité sur le parquet de l'ASPTT Mulhouse (0-3), les Poitevines ont retrouvé le sourire tout en revenant à trois points de la quatrième place, synonyme de maintien. « C'est la victoire que l'on attendait depuis quelque temps, apprécie Oliver Kieffer. Même si on n'a pas fait un gros match, on a réussi à garder la tête froide dans les moments décisifs et fait beaucoup moins de fautes. Cela valide le travail effectué depuis quelque temps et permet de redonner de la confiance. »

Malheureusement, le CEP-Saint-Benoît a subi quelques coups durs lors de la bataille d'Alsace puisque l'Américaine Kimika Rozier s'est fait une petite entorse du genou et Emmanuelle Lados s'est fait mal à un doigt. Les deux joueuses devraient cependant tenir leur place demain soir sur le parquet de Niort mais la centrale US reste incertaine et une décision quant à sa participation sera prise au dernier moment pour ce match très important pour le maintien. « Le point intéressant, c'est que nous avons pris des points régulièrement et nous sommes dans la course, observe le coentraîneur. Mais nous sommes à la fois proches du deuxième comme du dernier. L'objectif est de continuer à prendre des points à chaque match et évidemment le plus possible. Pour s'en sortir, il faut parvenir à être régulier dans la performance. »
Les Niortaises joueront aussi gros ce week-end. Comme le CEP-Saint-Benoît, elles n'ont pour l'instant remporté qu'un match. C'était au Gravion (2-3), lors d'une rencontre laissant encore des regrets du côté poitevin. « On avait commis 21 fautes au service !, se souvient Oliver Kieffer. A Mulhouse, nous n'en avons fait que quatre et cela a bien sûr eu son importance. Et attention, sur ce que j'observe, Niort est également une équipe en progression. Ce ne sera pas simple. »
Pour l'emporter et entretenir l'espoir, les coéquipières de Mégane Suc devront donc de nouveau être efficaces au service tout en s'appuyant sur une solide réception. « C'est la clé, reconnaît leur entraîneur. Notre point fort ces derniers temps est la stabilité de notre réception, cela nous permet ensuite de varier notre jeu. Ce sera très important face aux bons atouts offensifs adverses. On va devoir réaliser un match complet et limiter le nombre de fautes. »...Pexinois-Niort (8e avec 5 points, 2v, 4d) - CEP-Saint-Benoît (6e avec 7 points, 1v, 5d) Samedi à 20 heures.

Cyclisme : Les Chavanel côte à côte sur Paris - Nice
Sébastien Chavanel. - Sébastien Chavanel. - (Photo FdJ/Nicolas Götz)
Sébastien Chavanel. - (Photo FdJ/Nicolas Götz)

Leurs programmes respectifs les avaient jusqu'ici tenus éloignés l'un de l'autre. Dimanche, pour la première de la saison, Sylvain et Sébastien Chavanel seront au départ d'une même épreuve. Paris - Nice, la course au soleil, lancée de Mantes-la-Jolie pour s'achever, sur la promenade des Anglais, le 16 mars après 1.447 km découpés en huit étapes.

Les deux Châtelleraudais seront côte à côte, mais pas forcément face à face puisque leurs objectifs diffèrent. Sébastien vise plutôt les trois premiers jours. Son objectif : aider Nacer Bouhanni à remporter une étape. Voire plus si affinités. « Avec Nacer, les automatismes sont vite venus, explique l'ancien coureur d'Europcar, désormais poisson-pilote attitré du champion de France 2012 sous les couleurs de la FdJ.fr. Il a déjà gagné sur l'Étoile de Bessèges. J'ai lancé son sprint mercredi au Grand Prix Samyn, il termine 3e. Tout se passe bien. »
Le train bleu de l'express Bouhanni veut maintenant briller à Saint-Georges-sur-Baulche, Magny-Cours et Belleville. « Après, il ne devrait plus y avoir de sprint, estime Sébastien Chavanel. On aborde Paris - Nice dans de bonnes dispositions, avec sérénité. Je vais essayer d'aider Nacer à battre les meilleurs sprinteurs du peloton. »
Sylvain, lui, devrait passer à l'action dans la foulée. Une fois que le profil de la course deviendra un peu plus compliqué. « Paris - Nice m'a souvent bien réussi, rappelle le leader d'IAM Cycling, vainqueur d'étape en 2006, 2009 et 2013, 3e du général en 2009.Pour le moment, j'ai moins couru que l'an passé. Je viens de finir un stage d'oxygénation à Font-Romeu. Je suis toujours en phase de progression. »
Dimanche dernier au Het Nieuwsblad, le Châtelleraudais a manqué d'un rien le bon groupe. « J'ai attaqué la montée du Taaienberg en 80e position. C'était trop loin pour espérer quelque chose. J'ai fait une course à retardement. » Avant cela, Sylvain Chavanel avait pris la 3e place du contre-la-montre du Tour méditerranéen. « Et pourtant, je manquais de force. En début de saison, mon objectif était d'arriver en bonne condition pour Paris - Nice, puis d'avoir un pic de forme au moment des classiques. » Jusqu'ici, tout se passe comme prévu...Paris - Nice, du 9 au 16 mars.

Basket - pro b (33e journée) : Pour repartir de l'avant

                            Sébastien Michineau va disputer à Lille son premier match sous le maillot de Poitiers. -

Sébastien Michineau va disputer à Lille son premier match sous le maillot de Poitiers. - (Photo Patrick Lavaud)

Battus la semaine dernière par la lanterne rouge, les Poitevins comptent retrouver le chemin du succès chez un autre mal classé actuellement en forme.

Si à la lecture du classement le déplacement du PB à Lille peut sembler largement accessible pour les Poitevins, la défaite de samedi dernier face à la lanterne rouge Orchies, actuellement à égalité de points avec le LMBC, est venue rappeler que rien n'est simple dans ce championnat. « C'est sûr. Quand on voit que Lille vient d'aller gagner de 30 points à Boulazac, cela montre à quel point cela va être compliqué d'affronter cette équipe, souligne Ruddy Nelhomme. Ce club fait aujourd'hui parti des derniers et se bat pour son maintien. Nous sommes dans une configuration similaire au match face à Orchies, avec la spécificité que nous jouons à l'extérieur ce qui rend la rencontre plus difficile. »

Et pour que cela se déroule mieux que samedi dernier, les Poitevins vont devoir éviter de commettre les erreurs leur laissant des regrets. « On avait une dynamique en place à la maison et c'est vraiment dommage de l'avoir écornée car on pouvait la garder, appuie leur coach. Avec le retard que l'on a pris en début de saison, on aurait souhaité rester invaincus à domicile. Tout ce qui est loupé pour gratter des places est dommage et il est important de faire de notre salle une petite forteresse. On va tout faire pour repartir de l'avant. »

Se servir d'Orchies

En premier lieu, le PB va devoir serrer la garde en défense, un domaine où il a péché face à Orchies. « C'est certain qu'il va falloir commettre moins d'erreurs dans ce secteur, assure Ruddy Nelhomme. On sait que l'attaque est fluctuante et que c'est avant tout en défense que l'on peut faire preuve de stabilité et de solidité. Il faut que l'on se serve de ce que l'on a vécu le week-end dernier comme d'une expérience pour rester dans le rythme. »
Car si cette défaite est un petit coup d'arrêt, elle n'est en revanche pas rédhibitoire dans un championnat homogène où les surprises sont fréquentes. Aujourd'hui, Poitiers est toujours à deux longueurs de la cinquième place détenue par Évreux et synonyme d'avantage du terrain au premier tour des play-off.
Et bonne nouvelle, Sébastien Michineau devrait effectuer dans le Nord son premier match sous le maillot poitevin. Un atout supplémentaire alors que Justin Ingram a retrouvé l'équipe hier matin après avoir effectué un aller-retour express aux États-Unis pour voir son fils, né jeudi dernier. Aux Poitevins de profiter de ce déplacement pour repartir tous ensemble de l'avant. Car rien n'est vraiment totalement perdu pour l'instant.

Automobile - rallye de châtellerault : Les petits plats dans les grands

                                Une nouvelle fois, l'épreuve de la Vienne devrait attirer beaucoup de monde sur les routes du Châtelleraudais. -

Une nouvelle fois, l'épreuve de la Vienne devrait attirer beaucoup de monde sur les routes du Châtelleraudais. - (Photo archives, Alain Biais)

La 22 e édition du rallye de la Vienne s’annonce aussi spectaculaire que relevée avec une centaine de voitures au départ, samedi matin à Châtellerault.

Voilà un bel anniversaire. Pour sa 22e édition, le rallye de la Vienne a enregistré une belle hausse des participations. Alors qu'habituellement entre 70 et 80 voitures s'élancent du parc des expositions de Châtellerault le samedi matin, elles seront cette fois 100, soit le nombre maximal fixé par le règlement. « Cette année est exceptionnelle car la finale des rallyes se déroulera en octobre à La Rochelle. Le fait qu'elle ait lieu dans la région rend le Poitou-Charentes attractif pour tous les pilotes du Grand Ouest et nous en bénéficions », sourit Pascal Laubier, le président de l'Écurie Châtellerault Poitou, organisateur technique du rallye.

Et il y en aura pour tous les styles de conduite, que ce soit sur la spéciale de 20,55 km sur les communes de Saint-Sauveur, Leigné et Pleumartin baptisée « Les Trois communes » et convenant pour sa rapidité, ou pour la spéciale de 10,6 km du Pays Châtelleraudais privilégiant la technique. Et nouveauté cette année, le public est invité à se regrouper sur l'une des sept zones spécifiques (1) aménagées spécialement à son attention pour observer les spéciales. « Il s'agit d'une nouvelle réglementation en sécurité publique RTS, explique Pascal Laubier. C'est un bien pour tout le monde et les spectateurs bénéficieront d'une excellente vue dans des coins spectaculaires du Châtelleraudais, d'autant plus que la météo s'annonce magnifique. »

Pagenaud dans la course

Quant à l'épreuve en elle-même, elle s'annonce relevée. Le Montmorillonnais Simon Pagenaud (Peugeot 207 S2000), troisième du dernier championnat d'IndyCar, est logiquement favori. L'année dernière, lors de sa troisième participation, il s'était fait remarquer en réalisant une spectaculaire remontée. Onzième après deux spéciales, il avait terminé à une superbe cinquième place.
Mais il devra cette année encore faire face à une belle concurrence, dont la plus redoutable viendra très probablement de Michel Morin (Ford Fiesta S2000). « La victoire se jouera probablement entre les deux, observe Pascal Laubier. Mais en sport mécanique, on n'est jamais à l'abri de rien et les surprises peuvent toujours survenir. »Une seule certitude, en revanche, tous les ingrédients sont réunis pour que cette édition soit un grand cru. A ne pas manquer.

(1) Le Coudray, Saint-Sauveur (Les Minaudières), Leigné-les-Bois (La Ménaudière et centre), Pleumartin, Targé, Senillé.

Samedi, parc des expositions de Châtellerault. Départ de la première voiture à 9 h 30, arrivée de la première voiture vers 22 h 30. Renseignements : www.rallyedelavienne.com

Descartes : Collège Roger-Jahan : champions de tir à l'arc
                        Christian Boucheron, Jeanne, Lucas, Baptiste, Alex et Luke. -
Christian Boucheron, Jeanne, Lucas, Baptiste, Alex et Luke.
Les quatre collégiens descartois Jeanne Celton, Luke Menard, Alex Moreau et Baptiste Julien sont devenus champions académiques de tir à l'arc, il y a quelques jours à Chartres. « J'avais une équipe à monter pour ce championnat et mon choix c'est porté sur eux car ils sont calmes, bons tireurs et déterminés », a commenté Christian Boucheron, président du club. « Avec cette victoire nous sommes qualifiés pour le championnat de France qui se déroulera à Caen du 7 au 9 avril prochain. Je ferais tout pour les emmener sur le podium et, pourquoi pas, sur la première marche ».
Basket : Nationale 3 féminine.Un jour elles seront vraiment grandes
Perrine Piquemal fait partie de la nouvelle garde. - Perrine Piquemal fait partie de la nouvelle garde. - (Photo cor., Jordan Bonneau)
Perrine Piquemal fait partie de la nouvelle garde. - (Photo cor., Jordan Bonneau)

En début de saison, Sylvain Braconnier, le président de Lusignan, n'avait consenti aucune dérogation à la règle commune qui exige un bénévolat total de la part des joueuses et entraîneurs. Cinq mois plus tard, le petit losange vert situé au cœur de la campagne au sud-ouest de la Vienne a capitulé face aux grosses cylindrées de sa poule. On sait déjà que les coéquipières d'Anne Braconnier, la femme de Sylvain et capitaine de ce groupe, évolueront au plus haut niveau régional.
En revanche, depuis dimanche, la formation mélusine a obtenu la juste récompense à ses efforts en obtenant sa première victoire de la saison. « Je dois avouer que je ne pensais pas un instant gagner un match cette saisoncommente honnêtement Anne Braconnier. Depuis l'ouverture du championnat, nous avons rencontré de grosses difficultés pour nous exprimer puisque, pour ne rien arranger, deux joueuses nous ont quittées et nous avons été régulièrement confrontées à des absences. Ceci étant, nous le savions. Il fallait prendre cet exercice comme une parenthèse de formation pour nos jeunes joueuses et notamment celles de l'équipe réserve. J'avais personnellement mesuré que nous n'avions pas l'équipe pour nous maintenir et c'est la raison pour laquelle j'ai continué à jouer.