U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Journal Sportif de la Vienne Page 1

                                          
                                                 

                    LE PETIT JOURNAL SPORTIF DE LA VIENNE    Page 1   

                                         US Les Ormes - Football

                                              
                                     ... MERCREDI 05 MARS ...                                 

_ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 

Marathon - Poitiers futuroscope : 42,195 km de plaisir
Le marathon de Poitiers est ouvert aux élites et aux amateurs. - Le marathon de Poitiers est ouvert aux élites et aux amateurs. - (Photo cor., Alain Biais)
Le marathon de Poitiers est ouvert aux élites et aux amateurs. - (Photo cor., Alain Biais)

Un marathon, c’est quelques champions. Et plusieurs centaines d’anonymes, prêts à courir plus de quatre heures pour atteindre leur objectif : finir.

Devant, il y a les élites. Les petits bolides. Ceux qui avalent les 42,195 km du marathon en moins de 2 h 30. Et derrière, voire même très loin derrière, il y a tous les autres. Les anonymes. Ceux qui vivent le marathon comme un mythe, une aventure. Eux ne visent rien, si ce n'est la ligne d'arrivée. Peu importe qu'elle soit franchie après quatre ou cinq heures d'effort. Quand on aime, on ne compte pas. Le 25 mai, ils seront encore quelques centaines d'amateurs à tenter le pari du marathon. Départ du parc de Blossac, arrivée au Futuroscope.

 " Pas des adversaires "

Et à quoi peut-on bien penser quand on court plusieurs heures, sans pause ? Un peu à tout, beaucoup à rien. « Plein de choses passent par la tête, explique Éric Maillet, le président des Fondus de Vouneuil, une quinzaine de marathons au compteur. A bien s'alimenter, à boire. A respecter le plan prévu. A ne pas se laisser griser par l'ambiance et les sensations. » Car voilà le principal danger pour le marathonien du dimanche : se voir un peu trop beau, courir beaucoup trop vite. Pour s'éteindre, sans gloire et sans force, au bord de la route.
« On se sent toujours bien dans la première partie », ajoute Joël Louis, Charentais-Maritime président de l'US Aigrefeuille, quatorze marathons au programme en 2014 et une centième ligne d'arrivée atteinte en 2015, si tout va bien. « Le problème, c'est que le fameux mur du 30e kilomètre n'est pas une légende. Après, c'est de la gestion. Un marathon, c'est 60 % de mental, 40 % de physique. Celui qui n'est pas fort dans sa tête, quand il commence à piocher et à avoir mal aux jambes, il abandonne. »
Quatre heures de course, ce serait donc de sacrées douleurs. Et le plaisir, dans tout ça ? « Derrière, on discute, même si on ne se connaît pas, relance Emmanuel Bonnin, licencié au MACC Lusignan, finisher au Futuroscope en 4 h 02'51 l'an passé.L'ambiance entre nous est géniale. On aime tous courir, on veut tous voir l'arrivée. Alors on s'encourage et on est solidaires. » « On n'est pas masos non plus, reprend Éric Maillet, record personnel fixé à 3 h 59. On est plus des compagnons de galère que des adversaires. Mais si on part juste avec l'objectif de finir, sans pression chronométrique, un marathon, ce n'est quasiment que du plaisir. » Et une énorme performance, que cela soit en 2 h 30 ou en 5 heures.

 Marathon de Poitiers-Futuroscope, dimanche 25 mai. www.marathon-poitiers-futuroscope.com

donneur d'allure : 72 marathons au compteur, 33 ans d'expérience sur la distance, un record de 2 h 31'29 et encore sous la barre des 3 h 45 à l'automne dernier à La Rochelle, Yvon Gauthier sera le 25 mai donneur d'allure. Son rôle : emmener les anonymes du peloton du parc Blossac jusqu'au Futuroscope en 4 h 30. Quitte à calmer les ardeurs de certains.« Beaucoup ont tendance à partir trop vite, un peu au-dessus de leur niveau réel. Moi, j'ai un planning à suivre. L'idée est de passer en 2 h 13 au semi-marathon. Cela donnera un peu d'avance pour pouvoir aborder le final, quand les jambes sont plus lourdes, un peu plus tranquillement. »

TENNIS DE TABLE : Une médaille pour Chloé Martial

La Roche-sur-Yon accueillait, le week-end dernier, les finales des championnats de France de tennis de table. En double dames, la Poitevine Chloë Martial est montée sur la troisième marche du podium. La sociétaire du TTACC 86 était associée à Sarah Berge (Saint-Denis US). En demi-finale, les deux jeunes femmes ont été battues 3 sets à 2 par le duo composé d'Élisabeth Gadieux et Audrey Mattenet (9-11, 11-9, 13-11, 9-11, 11-5).

CYCLISME PC : Futuroscope 86 au Samyn des dames

Deuxième course de la saison, ce matin, pour la formation Poitou-Charentes - Futuroscope 86. Après le Het Nieuwsblad à Gand samedi dernier, la formation UCI dispute, toujours en Belgique, le Samyn des dames, organisé par l'ancien professionnel Jean-Luc Vandenbroucke. Soit 111 km à parcourir entre Quaregnon et Dour, en Wallonie. L'équipe poitevine sera représentée par Pascale Jeuland, Sarah Roy, Roxane Fournier, Amélie Rivat, Gabrielle Pilote et Charlotte Bravard. Mélanie Bravard, elle, est engagée sous les couleurs de la formation espagnole Lointek. Poitou-Charentes - Futuroscope 86 participera ensuite à la Flèche Wanzoise ce samedi, puis au Het Hageland dimanche.

Résultats : Saint-Christophe, souvenir Lionel-Roy. Minimes : 1.Adrien Bramoulle (EV Angers), 2. Théo Hermouet (VC Hebretais), 3. Quentin Tireau (UV Descartes)… 7. Kylian Pompadou (UC Chauvigny)… 9. Axel Pineau (Cycle Poitevin)… Cadets : 1. Valentin Coiteux (UV Poitiers), 2. Valentin Ferron (UV Poitiers), 3. Maxime Maison (ASF AC Touraine), 4. Clément Braud (UV Poitiers)… 6. Wilfried Velghe (UV Poitiers)… 9. Thomas Turmel (Cycle Poitevin)…

COURSE A PIED : Les mille marches samedi entre Saint-Benoît et Poitiers

Plusieurs épreuves sont au programme de la journée de samedi entre Saint-Benoît et Poitiers. A partir de 15 h, un contre-la-montre des escaliers de la gare de Poitiers est limité à cent personnes. A 18 h, au parc de la Varenne, une course nocturne intitulée « les P'tites marches » est prévue sur 1 km et 1,6 km. Enfin, à partir de 20 h, trail nocturne de Poitiers long de 38 km en individuel et également en duo.

FOOTBALL : Coupe du Centre-Ouest : tirage le 12 mars

Le tirage au sort des huitièmes de finale, quarts de finale et demi-finales de la coupe du Centre-Ouest aura lieu le mercredi 12 mars, à partir de 18 h 30, à Saint-Junien (Haute-Vienne). Quatre clubs de la Vienne sont encore en course à ce stade de la compétition : Saint-Savin/Saint-Germain (PL), Chauvigny (DH), Fleuré (PL) et la réserve du Poitiers FC (DH). Le seizième de finale qui devait opposer, samedi dernier, Brive à Nouaillé (DHR), n'a lui pas encore été joué.

FOOTBALL : Les féminines samedi au stade de la Varenne à Saint-Benoît

Dans le cadre de la journée de la Femme, la commission de féminisation du district de la Vienne organise une journée spécifique en l'honneur des femmes dans le football. Au cours de ce rendez-vous prévu samedi au stade de la Varenne à Saint-Benoît, un match de gala est programmé à 18 h entre l'ASJ Soyaux et une sélection de la Vienne seniors. Également au menu de cette journée, un rassemblement des écoles féminines de football et de toutes les licenciées du département âgées de 5 à 10 ans de 10 h à 12 h et un challenge national U13-U12-U11 et 13 h à 17 h.

HOCKEY SUR GLACE : Poitiers accueille Orléans samedi

Son championnat de D3 terminé, faute de qualification pour les play-off, le Stade Poitevin Hockey n'en a pas tout à fini avec sa saison. Les joueurs de Nicolas Gaillard affronteront les Renards d'Orléans, eux aussi éliminés des séries finales, en amical ce samedi à la patinoire de Poitiers. Le coup d'envoi sera donné à 19 heures.

WATER-POLO : Le Stade Poitevin à Châtellerault

Le Stade Poitevin (N3) dispute, ce soir à la piscine de Châtellerault, un match amical face aux Dauphins de Châtellerault. Le coup d'envoi sera donné à 20 heures.

AUTOMOBILE : Simon Pagenaud au rallye de Châtellerault

Le pilote montmorillonnais Simon Pagenaud participera ce week-end au Rallye de Châtellerault. Troisième du championnat américain d'IndyCar, Simon s'alignera au volant d'une Peugeot 207 S2000 du Team FJ. Le départ sera donné samedi à 9 h 30 du parc des expositions de Châtellerault.

Rugby - régionaux : Loudun cherche la voie du Nord

Loudun est en quelque sorte l'anomalie de Promotion d'Honneur. « C'est un peu ça,répond Julien Nizou. Nous avons été pris en PH pour faire le nombre mais notre véritable place est en première division. » L'entraîneur du RC Loudun a cependant accepté de relever ce défi, à nouveau, en début de saison. Mais la réalité a rattrapé un groupe qui se traîne en fin de tableau. « J'avoue que c'est compliqué. Nous vivons un exercice difficile car nous sommes rarement au complet. J'ai déjà cinq blessures graves avec des joueurs qui sont immobilisés pour plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Et pour ne rien arranger, notre match important contre Chabanais vient d'être déplacé alors que nous étions nombreux à pouvoir le disputer. Nous n'avons pas de chance. »

Avec une victoire au compteur, contre Chabanais précisément, Loudun s'engage doucement vers une division inférieure où il devrait retrouver des confrontations plus adaptées à ses possibilités. Julien Nizou en convient à demi-mot car il ne peut pas baisser les bras publiquement. « Nous ne lâcherons pas tant que mathématiquement nous serons encore dans le coup. Et jusqu'à preuve du contraire, nous pouvons toujours espérer un renversement de situation. »

Ils vont souffrir

A une condition, qui est de l'emporter sur l'ensemble des six prochaines rencontres qu'il reste à ventiler dans ce championnat. Autant dire que le pourcentage de chance pour Loudun de s'en sortir est quasiment nul. « Notre vrai problème est identifié,commente Julien Nizou. J'ai plusieurs joueurs qui ont des obligations professionnelles incontournables. Quelques-uns, par exemple, sont routiers. Ils ne peuvent donc pas suivre les entraînements de manière assidue. Ensuite, la Mairie ne nous aide pas particulièrement et nous prenons les créneaux qui restent lorsque les terrains extérieurs sont impraticables. Ce qui se produit souvent en ce moment. C'est vrai, il faut presque tout gagner pour nous en sortir. » 
Déjà, en se déplaçant à Fouras ce week-end, les joueurs de Joël Doussin, le président, vont souffrir. Et l'entraîneur le sait. « Nous allons nous accrocher. Mais si, par hasard, nous devions descendre, ce ne serait pas une catastrophe. Nous continuons à structurer le club et travaillons sur la possibilité de faire entrer des joueurs à Center Park. Cela nous permettrait de poser les bases de notre future équipe. »

le programme

Promotion d'honneur : Fouras - Loudun ; Saint-Georges - Jarnac.
Première série (journée du 16/02) Châtellerault - La Rochefoucaud.
Deuxième série (journée du 16/02) : Nieuil-l'Espoir - Villefagnan.
Groupe C (journée du 26/01) : Chauvigny - Tonnay ; Poitiers EC - Pons ; Pleumartin - Confolens ; Cheminots Poitiers - Melle. Couhé exempt.
Les rencontres ont lieu dimanche à 15 heures.

Troisième division : Chabournay, des copains d'abord

Chabournay est passé proche de la qualification dimanche. - Chabournay est passé proche de la qualification dimanche. - (Photo cor., Jordan Bonneau)

Chabournay est passé proche de la qualification dimanche. - (Photo cor., Jordan Bonneau)

L'élimination au cinquième tour de la coupe du district n'a pas mis à mal la belle entente qui règne au sein du club de Chabournay. Où tous les joueurs restent soudés.« C'est une petite équipe tranquille, explique l'un des dirigeants, Pierre Gauthier. Un groupe de copains. Le passage de témoin se fait depuis quelques années entre ma génération et les jeunes, comme Julien Gaillard. »

" Tout le monde a sa chance "

Depuis presque trente ans, les Chabournaysiens supportent leurs bleus. Passionnés, ils étaient près de cent, dimanche dernier, à croire à la victoire jusqu'au coup de sifflet final face à Saint-Georges-lès-Baillargeaux (1-2 ap). « Sans l'arrêt de Duchêne sur coup franc (16e), nous aurions doublé la mise. Le match aurait été différent ensuite », soufflaient collégialement les supporters.
« On espère finir deuxième, avance Julien Gaillard, actuel vice-président. Après, bien sûr, on vise le plus haut possible. Mais attention, monter jusqu'en première division est plus facile que de s'y maintenir. »
Après un petit tour à Neuville, Emmanuel Joguet a retrouvé en janvier son club de cœur. « Il est revenu pour l'ambiance, mais pas seulement. Le projet sportif a joué aussi », reprend Pierre Gauthier.
« Avec le groupe, nous avons retroussé nos manches pour amener le club où il en est aujourd'hui, avance de son côté Medhi Berteaud. À Chabournay, tout le monde a sa chance. Chaque joueur est pris au sérieux. À chaque entraînement, nous sommes une vingtaine, et cela malgré les conditions. Il n'y a que deux spots pour éclairer le terrain. Un tir en cloche, et le ballon disparaît dans le noir. L'entraîneur nous met en concurrence à chaque instant. Nous sommes obligés d'aller chercher notre place. »

Football - promotion de ligue : Saint-Savin vise le maintien
Rémi Giraud (au centre) et Corentin Brissonnet abordent deux mois décisifs pour l'avenir de leur équipe en championnat. - Rémi Giraud (au centre) et Corentin Brissonnet abordent deux mois décisifs pour l'avenir de leur équipe en championnat. - (Photo cor., Jordan Bonneau)
Rémi Giraud (au centre) et Corentin Brissonnet abordent deux mois décisifs pour l'avenir de leur équipe en championnat. - (Photo cor., Jordan Bonneau)

Toujours en course en coupe du Centre-Ouest, le groupe de Sébastien Guillon lutte encore pour son maintien en championnat. Mars et avril seront décisifs

Actuellement à la peine en championnat (11e de la poule C de PL), Saint-Savin/Saint-Germain a pris un bon bol d'air, samedi dernier, en coupe du Centre-Ouest. En éliminant Saint-Jean-d'Angély (1-0), club de Division d'honneur, les joueurs de Sébastien Guillon ont démontré qu'il faudra compter sur eux jusqu'à la fin de saison.

L'an passé, Saint-Savin/Saint-Germain avait trusté les premières places en Promotion de Ligue et avait même pu envisager un temps l'accession en Promotion d'honneur. Mais cette année, les Saint-Savinois luttent pour le maintien. Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas.

A la recherche d'un président

« Nous avons depuis perdu cinq joueurs majeurs, dont Bordage (Chauvigny), le gardien Violet et nos deux attaquants venus de Mayotte, repartis dans leur région d'origine, explique l'entraîneur Sébastien Guillon. Si on ajoute à cela deux blessures de longue durée et l'arrivée d'un gardien qui nous a mis le bazar dans le groupe, les raisons de nos problèmes ne sont pas difficiles à trouver. J'ai dû faire appel au goal de la réserve (Cislo), également éducateur au club. Avec des garçons comme lui, on a retrouvé un groupe positif. »
Seulement, avec trois points de retard sur le 10e dans un championnat très serré, la formation de l'ancien entraîneur de la réserve de Montmorillon reste dans une situation inconfortable.
« Notre objectif en début de saison était de terminer dans les six premiers, reprend Sébastien Guillon. Ce challenge est encore largement réalisable. Nous avons les moyens de nous maintenir. Malgré tout, il y un maître mot : vigilance. Nous n'aurons pas plusieurs jokers à griller. Il faudra faire attention à tout. Éviter les blessures et surtout les cartons. J'ai un groupe de 17 joueurs potentiels pour l'équipe fanion. Il ne faut pas s'écarter. »
Saint-Savin possède par ailleurs un groupe jeune qui a encore une grosse marge de progression. « Il y a quelques joueurs qui ont un fort potentiel. Certains viennent de Poitiers pour s'entraîner. Ils sont toujours présents. »
Par ailleurs, l'emblématique président, Christophe Nedeau, tirera sa révérence en fin de saison. Un coup dur pour Saint-Savin, tant l'homme fort du club a œuvré depuis cinq ans sans relâche. « Pour l'instant, je n'ai pas de successeur. Je vais rester, mais je souhaite prendre du recul. »
Christophe Nedeau pourrait être également imité par son entraîneur. « Je voudrais bien souffler, avance Sébastien Guillon. Je suis actuellement en phase de réflexion. Coacher une équipe prend beaucoup d'énergie. J'ai même coupé quinze jours pour me changer les idées et cela m'a fait un bien fou. »

 

 

 

 

 

 

 

 

<