U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Journal Sportif de la Touraine Page 1

                                                 

              LE PETIT JOURNAL SPORTIF DE LA TOURAINE   Page 1   

                                                 US Les Ormes - Football

                                              
                                     ... LUNDI 03 MARS ...                                  

_ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Rugby - fédérale 2 : L'indiscipline coûte cher...
                             Lallemand et l'UST n'ont pas pu ramener le moindre point. -
Lallemand et l'UST n'ont pas pu ramener le moindre point. - (Photo archives cor. NR, Ludovic Dupraz)

Nantes - Tours : 16-6 Les Tourangeaux n’ont pas trouvé la recette pour dominer un concurrent direct en vue des phases finales.

Parfaitement entré dans la partie, le Stade Nantais s'est appuyé sur le jeu au pied du jeune demi de mêlée Clovis Le Bail pour prendre les premiers points. Évidemment, les Tourangeaux ont bien tenté de ne pas laisser les coéquipiers de Tanguy Kerdrain s'échapper, mais leur buteur Julien Amirault n'aura pas eu la même efficacité (seulement 40 % de réussite).

Toujours aussi performants en touche et dans les zones de regroupements, les Nantais se sont ensuite appuyés sur le pack pour aplatir deux essais, avec à chaque fois Tanguy Kerdrain à la conclusion. Le bilan aurait pu être plus lourd, permettant alors de distribuer des bonus, mais les Stadistes ont buté sur une ligne défensive tourangelle solidaire et bien regroupée.
D'un niveau assez proche lorsque les trente joueurs étaient sur le pré, les débats se sont ensuite déséquilibrés. La faute à une indiscipline, plus particulièrement marquée, selon l'arbitre, dans le camp tourangeau. Réduits à quatorze en fin de première période, puis à treize au retour sur le terrain, les joueurs de l'UST n'ont pas eu les moyens de revenir.
Contraints d'évoluer la majeure partie du temps dans leur moitié de terrain, les partenaires de Julien Darthevel se sont surtout concentrés sur les taches défensives. Ils ont même dû attendre la 70e minute pour s'installer enfin dans les 22 mètres nantais. Une menace réelle sur le terrain, mais stérile pour le Stade Nantais au niveau comptable. Cette situation confirme toutefois qu'après de bonnes entames, les Tourangeaux ont du mal à finir les parties, restant sous la menace de leurs adversaires.

La 4e place s'éloigne

Après leur déconvenue du week-end passé face à Maisons-Laffitte, les rugbymen nantais avaient à cœur de redresser la barre. Si tout n'a pas été rose durant la semaine, cette victoire chèrement acquise face à Tours redonne une dynamique et élimine une partie de la frustration. À l'inverse, cette défaite rend plus difficile le parcours des rugbymen d'Indre-et-Loire. Alors que le menu demeure particulièrement copieux (Maisons-Laffitte, Angoulême et Niort notamment), l'espoir d'une qualification demeure, même si la fenêtre de tir sera très restreinte.

la fiche : Mi-temps : 11-6.Arbitre : M. Birebent (Bretagne).

Stade Nantais : 2E T. Kerdrain (31e, 44e) ; 2P C. Le Bail (2e, 22e).
US Tours : 2P Amirault11e, 27e).
Cartons blancs : à Tours, Rougebec (40e + 2),Mihailov (43e).Cartons rouges : à Nantes, D. Kerdrain (60e) ; à Tours, Borde (60e).

à chaud : Xavier Guillemet (coach de l'US Tours) :« L'enjeu était important pour les deux équipes, avec ce mini-championnat concernant quatre clubs pour seulement deux places. Malheureusement, en ne prenant aucun point à Nantes, il va être compliqué d'espérer quelque chose. Malgré un effectif limité, nous n'étions pas venus en victimes. Nantes a fait preuve de plus de réalisme, alors que nous n'avons pas su scorer. La faute principalement à un manque d'organisation et une sérieuse indiscipline. L'objectif initial du maintien étant acquis, le reste ne sera que du bonus. »

Football - coupe du centre : Il ne reste plus qu'Amboise...
Guillon (à gauche) a fait plier Montlouis. -
Guillon (à gauche) a fait plier Montlouis. - (Photo cor. NR, Sabrina Fournier)

Amboise : 1 Montlouis : 0     Mi-temps : 0-0. Arbitre : M. Gourcilleau. But : pour Amboise, Guillon (53e sur penalty).

Pour ce match de coupe, doublé d'un derby, belle affluence de 200 spectateurs qui ont assisté à un très beau spectacle. D'entrée, c'est Amboise qui se crée la première occasion. Le tir d'Abourmal est contré au dernier moment (1e). Puis, les deux équipes vont se rendre coup pour coup au nombre d'occasions. Le jeu est agréable à suivre.
A la 14e minute, un coup franc de Guillon inquiète Roca, très vigilant. Deux minutes plus tard, Guillon, omniprésent, sert Ouro Agouda, tout aussi excellent, lequel voit sa reprise repoussée par Roca.
Montlouis réplique en contres, mais Bennadri veille au grain. A la 20e minute, Mounir Guerrouani déborde, centre pour Guillon dont la reprise manque le cadre de peu.
Sur coup franc, Montlouis aurait pu ouvrir le score, mais la défense locale est très concentrée. Un quart d'heure plus tard, Mounir Guerrouani dribble, mais son tir trouve la base du poteau de Roca.
Amboise a haussé le rythme et Montlouis est un peu aux abois. Sur une longue transversale d'Abourmal, Mounir Guerrouni ne trouve pas le cadre.
En deuxième période, il y a aura moins d'éclairs techniques, mais c'est Montlouis qui fait le forcing et qui prend d'assaut le camp amboisien. Pourtant, sur un contre rondement mené à une touche de balle, Guillon sert Ouro Agouda qui est « fauché » par Roca dans la surface. Guillon transforme le penalty.
A l'heure de jeu, Amboise va baisser de pied et Montlouis va prendre les commandes. Perraguin ajuste mal le cadre de la tête alors qu'il est bien placé (70e). Huit minutes plus tard, contre de Pasquereau et Ouro Agouda, entouré de deux adversaires, place une volée au ras de la transversale.
Montlouis va tout faire pour égaliser, mais la défense locale fait bonne garde. A noter une belle frappe de Hatim Guerrouani de Montlouis détournée du bout des gants par Bennadri (85e). 
C'est Amboise qui sera le seul représentant de l'Indre-et-Loire en quarts de finale.

AOCC : 3 Bourges : 5    Mi-temps : 1-1 Arbitre : M. Chéron. Buts : pour l'AOCC, Pinheiro (12e), Noudou (49e), Guerin (75e) ; pour Bourges, Touré (25e et 89e), Gaye (50e), Maginot (62e), Julian (70e).

Quel beau match ! Les absents ont eu tort car ils auraient vu l'AOCC (Avoine Olympique Chinon Cinais) se hisser souvent à la hauteur d'une excellente équipe de Bourges.« Une grande qualité de jeu, avec un entraîneur que j'apprécie beaucoup, confirme Armand Raimbault. On a bien joué, certes, mais la finalité, c'est de gagner. »
Il est sûr qu'encaisser cinq buts alors que le projet initial était de se mettre en confiance contre Bourges pour la suite d'un mars guerrier, n'a rien de rassurant. D'autant que les Avoinais ont commis quelques bourdes défensives payées au prix fort, avec les intérêts… 
« A notre décharge, poursuit le coach avoinais, on avait beaucoup d'absents tels Adipi, Le Menn, Bantiti, Margalef, Soumaré. Mais je suis heureux d'avoir vu des garçons, souvent sur le banc, prendre du temps de jeu et se défendre très bien. D'ailleurs, tous mes joueurs se sont arrachés, pour se mettre au niveau de Bourges. A quelques minutes de la fin, il n'y avait que 3-4 et pendant 20 minutes, on a un peu secoué les Berruyers. »
Les Avoinais quittent la Coupe du Centre (ce qui ne va pas les faire pleurer…) et se dirigent vers la Coupe Arrault et le stade Jules Ferry où logent les Portugais de Joué.« Un beau match de Coupe en perspective, une semaine avant le rendez-vous capital à Dreux en championnat. »
Armand Raimbault ne sera pas dépaysé car il va retrouver la Jocondie et quelques joueurs qu'il a dirigés.

Football - ligue 2 : Le TFC testé à Lens

A l'aller, Andy Delort avait marqué, et le Tours FC s'était imposé logiquement face aux Sang et Or (3-1). - A l'aller, Andy Delort avait marqué, et le Tours FC s'était imposé logiquement face aux Sang et Or (3-1). - (Photo archives cor. NR, Sabrina Fournier)
A l'aller, Andy Delort avait marqué, et le Tours FC s'était imposé logiquement face aux Sang et Or (3-1). - (Photo archives cor. NR, Sabrina Fournier)
Lens - Tours FC Chez un sérieux prétendant à la montée, le TFC doit élever son niveau de jeu. C’est la condition pour continuer à penser à la Ligue 1.

Dans un sourire, Olivier Pantaloni a évoqué les performances des autres prétendants au podium, avec ce commentaire : « Les résultats ne sont pas forcément mauvais pour nous, mais j'aurais préféré que les matchs s'arrêtent à la 75e minute ! De toute façon, ils ne peuvent être bons que si les nôtres le sont… » Vendredi, dans les derniers instants, Dijon a arraché le nul (2-2), Caen est passé d'une désillusion aux trois points (2-1).

Et samedi midi, lors du point presse, l'entraîneur tourangeau n'avait pas encore pu vérifier la solidité de Metz, victorieux à Nancy (0-1) dans l'après-midi.
Le leader est maintenant 13 points devant, et il semble difficile à aller chercher. Reste donc Angers et Lens, les deux prochains adversaires du TFC.

 " S'améliorer nettement sur le plan footballistique "

Au moment d'évoquer le déplacement dans le Pas-de-Calais, ce soir, Olivier Pantaloni a d'ailleurs mentionné naturellement cet enchaînement de matchs. « Il y a deux rencontres qui arrivent coup sur coup et qui sont très importantes. Ces deux équipes sont devant, et la situation est moins bonne qu'il y a un mois pour nous. Il y a désormais quelques points d'écart, et l'idée sera donc de ne surtout pas perdre de terrain. »
Il faudra aussi vite en gagner, si Tours veut se mêler au final pour la montée en Ligue 1. « Ne pas perdre de terrain, c'est plus vrai à Lens que lors de la réception d'Angers, où l'on devra décrocher la victoire », précise Pantaloni.
On a bien compris qu'un point ramené de Bollaert serait une bonne opération, et le schéma tactique inhabituel que le technicien corse va présenter le confirme.
Dans un 4-3-2-1 qui peut se convertir en 4-1-4-1, les ailiers vont disparaître pour renforcer largement l'entrejeu, où la santé de Chavalerin et Santamaria est appelée à bloquer le milieu lensois, avec Bérenguer derrière eux, Bergougnoux et Adnane un cran au-dessus. « Les Lensois sont performants quand ils ont la possession, on va essayer de les contenir, avance Pantaloni. On doit avoir une assise défensive beaucoup plus performante que ces derniers temps, et c'est un travail collectif. »
Au-delà des systèmes et des calculs, le constat est assez simple : le Tours FC n'est que 8e aujourd'hui, et passer à côté du rendez-vous lensois le ferait sérieusement rentrer dans le rang. « Je sens le groupe vraiment concerné pour recoller au peloton de tête. Contre Dijon, l'état d'esprit a été exemplaire. Mais sur le plan purement footballistique, c'était un match laborieux. Si on veut obtenir quelque chose, il va falloir s'améliorer nettement. »
Monter le volume, se montrer efficaces dans les deux zones de vérité et sur coups de pied arrêtés, c'est l'idée. Des paroles aux actes, Tours a l'occasion de continuer à briller face aux gros. Et de s'offrir un autre match télévisé à véritable enjeu, lundi prochain, devant Angers...Match ce soir, 20 h 30 au stade Félix-Bollaert.

les équipes

RC Lens : Riou - Gbamin, Yahia, Tisserand, Baal - Cyprien, Le Moigne (cap.), El Jadeyaoui - Touzghar, Ljuboja, Nomenjanahary.
Remplaçants : Atrous (g.), Touré, Valdivia, Salli, Coulibaly ou N'Diaye.
Entr. : Antoine Kombouaré.
Absents : Aréola (non communiqué), Kantari (ischio-jambiers), Bourigeaud (ischio-jambiers), Ducasse (genou), Chavarria (mollet), Landre (sélection).
Tours FC : Leroy (cap.) - Diawara, Milosevic, Fontaine, Cetout - Santamaria, Bérenguer, Chavalerin - Adnane, Bergougnoux - Delort.
 
Remplaçants : Maubleu (g.), Ketkéophomphone, Khaoui, Gradit, Guihoata ou Schwechlen.
Entr. : Olivier Pantaloni.
Absents : Bouhours (adducteurs), Diaz, Kouakou, Touati, Mengual, Tomas (choix).
Arbitre : M. Lesage.

la phrase : « J'ai le sentiment que c'est plus facile d'aller jouer à Lens. La motivation vient tout naturellement. Mais je ne sais pas si les joueurs pensent comme moi. »

D'Olivier Pantaloni, au moment de savoir si le contexte particulier du stade Bollaert pouvait avoir un impact sur son équipe, jeune à certains postes. « Sans vouloir dénigrer personne, les sources de motivation sont plus dures à trouver quand on va à Istres ou à Niort. D'autant que quand tu fais partie d'une équipe comme Lens, tu es attendu tous les week-ends. Les adversaires sont surmotivés, parce que c'est Lens et qu'en plus, leurs rencontres sont souvent télévisées. »

A Bollaert, Lens n'a plus la flamme

Kombouaré salue Pantaloni, lors du match aller. - Kombouaré salue Pantaloni, lors du match aller. - (Archives cor. NR, Sabrina Fournier)
Kombouaré salue Pantaloni, lors du match aller. - (Archives cor. NR, Sabrina Fournier)


Entre sélections nationales et blessures, la liste des absents est longue à Lens. Dans une défense loin d'être irréprochable – la 9e de Ligue 2 –, Antoine Kombouaré doit composer sans Kantari (21 matchs) et Landre (15 matchs), la charnière qui s'était imposée au fil du temps.
Dans les buts, l'habituel titulaire Aréola manque également à l'appel. Bref, l'arrière-garde des Sang et Or sera expérimentale, avec le manque d'automatismes que cela implique.
Pas l'idéal pour un club où les attentes sont élevées, et qui occupe toujours le podium grâce à des coups en déplacement (succès à Brest, Auxerre et Créteil dernièrement).

Kombouaré : " On s'expose souvent à des contres "

A la maison, le bouillant public de Bollaert peut nourrir de la frustration : série en cours d'une défaite et trois nuls, dernière victoire le 23 novembre.« On gagnait chez nous sur la phase aller, mais ça s'est toujours fait dans la difficulté, note Antoine Kombouaré. Les équipes arrivent à Lens avec de solides intentions défensives. On fait le jeu, on s'expose souvent à des contres. »
Devant, le meilleur buteur du 3e de L2, Chavarria (9 réalisations), est sur le flanc. Mais Touzghar s'est révélé, Coulibaly est de retour, et Ljuboja suscite la crainte. Lens a des armes multiples, en lien avec ses nouveaux moyens, mais a besoin de se rassurer dans son stade. « L'idée, c'est d'ouvrir le score, ce qui n'est plus arrivé depuis longtemps, développe Kombouaré. C'est important car à l'aller, à Tours, on avait pris une leçon de réalisme… »

Hockey sur glace - division 2 (play-off) : Les Remparts s'appuient sur leurs recrues pour l'emporter
                                        Kirner et Klimek, de dos, White et Domin de face : des hommes forts. -
Kirner et Klimek, de dos, White et Domin de face : des hommes forts. - (Photos NR, Patrice Deschamps)
Tours - Évry : 5-4 (6-2) Les Remparts passent sans encombre l’obstacle Évry, après un match bien négocié. Les recrues ont notamment répondu présent.

A regarder le bilan de ce premier tour de play-off, on peut se demander si les Remparts ne font pas office de rescapés. Si, des équipes de la poule A, les deux premiers Val Vanoise et Toulouse sont passés sans encombre, les coupeurs de tête étaient de sortie, samedi soir !

Sortie de route immédiate pour La Roche-sur-Yon, éjecté dès le premier tour par une dangereuse équipe de Valence (voir ci-dessous), mais surtout au revoir à Amnéville, 3e de la poule des Tourangeaux, et bye-bye les Français Volants, qui ont terminé la saison régulière une courte tête devant Tours.

Ça s'est chauffé sur le glaçon

La magie des play-off, ou sa folie, c'est selon. La testostérone et l'adrénaline à la jauge maximum, il y a aussi eu beaucoup de raffut sur les glaçons à l'occasion de ces manches retours décisives. Les feuilles de match sont pleines de pénalités pour méconduite ou altercations, trahissant la frustration des uns et le répondant des autres.
La patinoire tourangelle n'a pas échappé à la règle de cette agressivité mal placée, avec des Peaux-Rouges vexés de leur sortie prématurée. Outre le vice et les sales coups du Canadien Ricci, regrettables, on notera surtout l'attitude irresponsable de Berardet, sorti de ses gonds en plein match et renvoyé aux vestiaires par les arbitres… avant de revenir provoquer en tenue de civil, au bord de la glace. Pas forcément malins non plus, mais moins répréhensibles, le trash talking (provocations verbales) de William Lamothe et l'excès d'engagement de Christophe Colombel sur la fin de 2etiers.
On oubliera vite ces quelques regrettables images de la soirée, pour souligner le bon travail de Remparts physiquement très au point, et tactiquement bien dans les clous.
Rassurant aussi, la prestation réussie des recrues de l'intersaison. D'abord en défense, où un White égal à lui-même et donc d'une grande fiabilité ainsi que Kettunen, inspiré et bien dans sa partie, ont brillé.
Et puis devant où Domin (2 buts, 1 passe), Klimek (1 but, 1 passe) et Saint-André (1 but et beaucoup de travail) ont fait des étincelles. On trouve d'ailleurs au moins l'un des deux premiers sur tous les buts tourangeaux de la soirée.

La poisse pour Kirner

Positif aussi, le match impeccable de Robert Kirner, présent des deux côtés de la glace avec un jeu défensif d'une grande propreté et trois passes décisives en prime.« Il a été de nouveau touché à son genou, un vrai crève-cœur, regrettait hélas Jérôme Pourtanel après le match. J'ai peur qu'il ne puisse pas jouer contre Valence, même s'il va essayer de patiner dans la semaine avec une attelle… »
Ce serait une épine dans le pied du coach, par ailleurs satisfait de ce premier tour :« On est en place, après je me suis fait une raison, les garçons ne forceront pas leur talent quand ce ne sera pas nécessaire, et jouent souvent en réaction. »
Les Remparts semblent en mesure de monter encore leur niveau d'un cran, intéressant pour la suite car si les Tourangeaux veulent monter, il faudra qu'ils soient costauds à Valence, dans deux semaines au match retour

la fiche : Périodes : 2-0, 2-1, 1-3.Arbitres : MM. Cregut,Lebegue et Elbaze.Spectateurs : 1.800 environ.