U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Derniéres Nouvelles de la Vienne page 1

                                         
                                                 

       DERNIERES NOUVELLES DU PETIT JOURNAL DE LA VIENNE  Page 2                                                                                                                                      

                                                  
                                     ... LUNDI 03 MARS ...   
   _ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

Châtellerault - Sports et loisirs : Du monde au stage multisports

Fin d'activité vendredi au collège Descartes. - Fin d'activité vendredi au collège Descartes.

Fin d'activité vendredi au collège Descartes.

C'est un incontournable des vacances : la semaine multisports a rassemblé la semaine dernière quatre maisons de quartier, l'accueil de loisirs municipal plus les centres de loisirs de Cenon et de Naintré.
Une moyenne de 80 enfants et ados, âgés de 9 à 14 ans, ont participé chaque jour aux différentes activités proposées : zumba, step, tchouck-ball, korball, etc.

La semaine s'est achevée vendredi au gymnase du collège Descartes.

 Châtellerault - Patrimoine : Chirurgienne des textiles
Laëtitia Briand devant un bonnet rond dit de Touraine du début du XX<sup>e</sup> siècle. - Laëtitia Briand devant un bonnet rond dit de Touraine du début du XX&lt;sup&gt;e&lt;/sup&gt; siècle.
Laëtitia Briand devant un bonnet rond dit de Touraine du début du XXe siècle.

Nom : Laëtitia Briand. Profession : restauratrice en textiles. Signe particulier : elle est l’une des seules en France à restaurer les coiffes pour les musées.

Vous repartez par ici, vous faites trois tours jusqu'au milieu et vous obtenez un losange. Pendant cette semaine de vacances scolaires, Laëtitia Briand, 40 ans, anime un atelier broderie.
Cette fonctionnaire territoriale employée par la communauté d'agglomération de Châtellerault ne dispense pas seulement l'apprentissage des techniques de broderie comme le point de compté (de croix) pour les enfants ou encore la broderie Hardanger pour les adultes. Elle est aussi et surtout restauratrice en arts textiles. « Ce sont deux métiers différents. La brodeuse crée des œuvres, le restaurateur pérennise la vie d'une œuvre. »

" J'utilise une loupe, un microscope et des aiguilles de chirurgien "

Après des études de commerce, Lætitia Briand prend le pli des arts des textiles en passant une formation de conservateur-restaurateur (*) d'œuvres d'arts à l'INP (Institut national du patrimoine) de Saint-Denis avant de suivre une formation à la prestigieuse école de broderie Lesage à Paris.
Aujourd'hui, « je travaille pour les musées de Châtellerault et mon travail consiste à faire de la conservation préventive et de la restauration curative. » Autrement dit, elle redonne vie aux textiles abîmés : mousseline, tulle, satin de soie, taffetas…
La démarche est scientifique, voire même chirurgicale. A la loupe ou au microscope, la restauratrice prend un soin précieux à analyser, explorer les causes de l'altération des tissus qui lui sont confiés. Elle panse les plaies et autres stigmates du temps sur les textiles. « J'utilise parfois des aiguilles courbées de chirurgien pour éviter de soulever les tissus. »
De fil en aiguilles, Lætitia Briand, originaire de Châtellerault, est devenue une experte des tissus et autres fibres qu'elle identifie et reprise. Elle est même aujourd'hui reconnue comme l'une des rares spécialistes françaises dans la restauration de coiffes pour les musées.
Elle est d'ailleurs la gardienne, la protectrice de l'inestimable collection de 1.000 coiffes au musée de l'hôtel Sully, dont certaines seront dévoilées au public les 4, 5 et 6 avril prochains à l'occasion des Journées européennes des métiers d'art.

Elle veille sur le trésor des 1.000 coiffes à Sully