U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Derniéres Nouvelles de la Vienne page 1

                                          
                                                 

                     DERNIERES NOUVELLES DU PETIT JOURNAL DE LA VIENNE  Page 1                                              US Les Ormes - Football

                                              
                                     ... MERCREDI 05 MARS ...                                   

_ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   

Buxeuil : Chien qui a perdu ses maitres
Animal. Recueilli un chien labrador mâle couleur sable, sans collier. Contacter la mairie au 02.47.59.72.08.
Les Ormes : Loto
Loto. Dimanche 2 mars, salle des fêtes, loto par l'Association CDM. Il sera animé par Elsa. Ouverture des portes 12 h 30. Début des jeux 14 h 30. Réservations au 06.15.81.88.78.
Dangé-Saint-Romain : Une banda à l'Union musicale
L'Union musicale. - L'Union musicale.
L'Union musicale.

L'Union musicale de Dangé, cette année, c'est une vingtaine de musiciens et une trentaine d'élèves à l'école de musique. Pour sa nouvelle saison, les répétitions ont repris depuis plusieurs semaines. C'est sous la baguette de Gwenaelle Raouit qu'ont lieu les soirées de répétitions dans la salle Baranger aménagée par la municipalité.

Si l'Union musicale existe depuis plusieurs dizaines d'années, une banda, sorte de fanfare ambulatoire, vient de voir le jour pour donner un nouveau souffle à cette association et offrir un répertoire festif lors de leurs sorties. Les morceaux joués sont : La Pitxuri, Vino Griego… C'est sur la communauté des Portes du Poitou et le sud Indre-et-Loire que l'Union, présidée Mireille Gaultier-Moreau, anime des fêtes associatives, des brocantes, des marchés… 
L'école avec ces 5 professeurs de musiques propose des cours d'instruments pour saxophone, clarinette, trompette, clairon, batterie et bien sûr, le solfège. Les cours de l'école de musique se déroulent le lundi de 16 h 30 à 19 h, salle de musique, et, salle des cèdres, le mardi de 20 h à 22 h et le vendredi de 18 h 30 à 20 h 30 pour les répétitions de l'union et bandas. 
Les prochaines sorties sont déjà programmées : le 1er mars à Oyré pour la St-Blaise, le 11 mai à Dangé pour la fête des associations, la Fête de la musique le 21 juin à Dangé, l'audition de l'école de musique prévue le 27 juin et les 13 juillet et 14 juillet pour l'animation du vide-greniers et le feu d'artifice à Dangé. Pour compléter son groupe de musiciens, l'association recherche des instrumentistes comme les cuivres, clarinette, batterie, bassiste.

 Dangé-Saint-Romain : Nelly Merand se représente
Nelly Merand pour un deuxième mandat. - Nelly Merand pour un deuxième mandat.
Nelly Merand pour un deuxième mandat.

Nelly Merand souhaite repartir pour un deuxième mandat « avec le soutien des habitants de Dangé-St-Romain, dans un esprit de partage et de consensus ».C'est avec une équipe dynamique et représentative de la population, sans étiquette politique mais rassemblant diverses sensibilités politiques quelle veut se représenter avec comme slogan « Plus qu'un programme, l'efficacité d'un dévouement ». 
« L'endettement par habitant a bien baissé sous son mandat » et elle souhaite« continuer à travailler dans ce sens afin de réaliser d'autres projets dans l'intérêt général ».Nelly Merand a constitué une nouvelle équipe avec l'envie de faire de la commune de Dangé-St-Romain, « un village très attractif où il fait bon vivre ». 
Son point fort est de « bien connaître les dossiers communautaires et elle saura faire face aux nouvelles législations pour les adapter à l'attente de la population ». La nouvelle équipe est composée de « personnes travailleuses, motivées, objectives, dépourvues de tout intéressement personnel et souhaite avant tout travailler pour les Dangéens ».

La liste « Votre équipe dynamique pour l'avenir » et ses projets seront présentés lundi 10 mars, 18 h 30, salle des fêtes de Dangé.

Châtellerault - Vie de la cité : Des vélos en location à la gare

Vingt « VéliBleu » vont arriver à la gare. - Vingt « VéliBleu » vont arriver à la gare.

Vingt « VéliBleu » vont arriver à la gare.

Nous l'avions évoqué dans ces colonnes il y a quelques jours (notre édition du 31 janvier) : l'agglomération va proposer à partir du mois d'avril un service de location de vélos au départ de la gare de Châtellerault.

Un point-presse avait lieu sur le sujet, mardi, en présence du maire-candidat Jean-Pierre Abelin, de Laurence Rabussier, vice-président de l'agglomération chargée des transports et de Frédéric Matha, directeur régional de Gares et Connexions, filiale de la SNCF.
Un local, situé sous la gare, donnant sur le parking principal est en cours d'aménagement. Il fera office de garage et de zone de location. Le service, baptisé VéliBleu, sera doté de vingt vélos de ville (bleus), non électriques, fabriqués par le constructeur vendéen Arcade. Il sera géré par le Pôle Mobilité de la Manu (accueil, location, entretien).
Cette expérimentation, lancée par l'agglo pour répondre à des besoins exprimés par des usagers de la gare, pourrait être développée en cas de succès. Le tarif de base de la location sera fixé à 1 € pour une heure.

Châtellerault : Elle s'était déchaînée sur son compagnon aveugle

Annabelle dort en prison depuis une dizaine de jours. Elle espérait en ressortir, mais, hier, les magistrats de la chambre de l'instruction en ont décidé autrement. Trop tôt.

Dans la nuit du 9 au 10 février dernier, prise d'un accès de colère, elle avait violemment frappé son compagnon, aveugle à 95 %. Coups de marteau, de tuyau métallique d'aspirateur, de tabouret… un déchaînement de violence jusque dans la rue. Philippe était parvenu à sortir de la maison, pieds nus, en pyjama, mais, il s'était fait rattrapé et ramener manu militari à la maison.
Aux policiers, il a raconté qu'Annabelle, déjà condamnée pour l'avoir violenté, l'avait rendu responsable du bracelet électronique qu'elle devait porter. Un bracelet dû à une condamnation faisant suite à des violences exercées sur son compagnon vulnérable.
Hier, elle a contesté cette version, parlant des engagements de sobriété que Philippe n'aurait pas tenu.

Châtellerault : Cambriolage au Lac : trois suspects arrêtés

La tentative de cambriolage s'est bien terminée dans cette maison située dans le quartier du Lac à Châtellerault.

Les faits se sont produits dans la nuit de dimanche à lundi chez une femme seule, âgée de 69 ans. Vers minuit, la victime entend des bruits suspects provenant de son garage. Elle part illico s'enfermer dans une pièce et compose le 17 pour prévenir la police. Une patrouille se rend sur place. Au moment de son arrivée, trois malfaiteurs prennent la fuite dans les jardins environnants. Il ne faudra pas très longtemps aux policiers pour interpeller un premier suspect, caché dans une cabane de jardin. Deux autres suspects sont appréhendés 25 minutes plus tard dans les rues du quartier. Tous nient les faits. Au final, le premier suspect, un mineur de 16 ans, fait l'objet d'une convocation devant le juge des enfants. Les deux autres ont été laissés libres, le temps pour la police de mener des investigations supplémentaires.

CHATELLERAULT Tir au pistolet : huit impacts dans la vitre

Huit impacts ont été relevés, dimanche, dans la vitre d'un appartement de la rue Paul-Painlevé. Le tir provenait d'un logement où les policiers ont perquisitionné et retrouvé un pistolet à gaz tirant des billes en métal. Le tireur n'a pas été retrouvé. Mais le propriétaire, du logement, âgé de 20 ans, est poursuivi pour complicité dans ce dossier. Il sera jugé le 3 juillet.

Châtellerault - Sports et loisirs : Le club de volley du CSAC fête ses 50 ans

Deux cents personnes sont venues fêter les 50 ans. - Deux cents personnes sont venues fêter les 50 ans.

Deux cents personnes sont venues fêter les 50 ans.

Le club de volley-ball du CSAC-D a fêté ses 50 ans d'existence à la salle de la Gornière. 200 personnes ont répondu à l'invitation afin de partager cocktail et dîner dansant, sous la présidence de Michelle Gouverneur qui avait organisé l'événement, et, en présence du maire Jean-Pierre Abelin, de J. Deschamps, représentant la ligue, J-L. Gouverneur, président du comité de la Vienne et J-C. Loiseau, représentant le club omnisports du CSAC-D. Au cours de la cérémonie, il a été rendu hommage à tous les présidents successifs de la section qui avaient presque tous répondu à l'appel dont le président fondateur Jean Gérard. Tous les responsables ont reçu un maillot avec l'effigie de cette manifestation. Les différentes allocutions ont rappelé les moments forts, les réussites et les anecdotes de cette discipline qui en un demi-siècle a beaucoup changé et évolué. Il a été précisé aussi le rôle prépondérant joué par trois familles qui ont pris en main les destinées du club, mis sur orbite à l'époque par J-L. Clavery. Tous ces principaux acteurs étaient présents et heureux de se retrouver après s'être perdus de vue depuis de nombreuses années.

Le club continuera ses activités dont la prochaine animation sera son loto annuel, vendredi 18 avril.

Dangé-Saint-Romain - Buxeuil : Changement d'enseignes

                    Judith et Carole Jorret. -

                                     Judith et Carole Jorret.

Réunion publique. Mardi 25 février, à 18 h à la maison des associations, concernant la demande présentée par la société Dalkia en vue de l'exploitation d'une centrale de cogénération biomasse sur le site de la société Seyfert à Descartes. M. Kieffer responsable de ce projet sera présent.

dangé-saint-romain

Un changement d'enseigne a eu lieu sur les bords de l'avenue de l'Europe (D910) dans le cœur de Dangé. En effet, la boutique de la fleuriste Ambiance Fleurs et Déco se trouve désormais au numéro 70 et l'on trouve en lieu et place des fleurs une boutique de vente de vins. Carole Jorret, la fleuriste, s'est installée dans des locaux plus vastes, son atelier de préparation est bien plus spacieux et sa partie présentation plus importante.
C'est sa propre fille Judith qui tient « L'Harmonie des vins », au numéro 66 de la même avenue. Cette installation lui a permis de créer son premier emploi tout en préservant un commerce dans le bourg de Dangé. La boutique propose vins, liquoreux, spiritueux, champagnes et bières de toutes sortes, ainsi que des produits d'épicerie fine, des jus de fruits, etc.
Les deux boutiques sont ouvertes du mardi au samedi et le dimanche matin.
Contact fleuriste : 06.13.91.17.68 ou www.fleurs-et-kado.com. Contacter L'Harmonie des vins : 06.79.73.42.64 ou jorret.judith@yahoo.fr

Châtellerault - Vie quotidienne : Les pigeons reviennent en force

                            Le pigeonnier installé à la Manu ne suffit pas à réguler la population des pigeons. -

Le pigeonnier installé à la Manu ne suffit pas à réguler la population des pigeons.

Malgré les efforts fournis par la Ville depuis quatre ans, les pigeons sont de nouveau trop nombreux en ville.

La présence en nombre de plusieurs espèces animales pose problème en ville. Le point sur le dossier.

> Pigeons. Après la campagne de capture de 2010 (plus de 500 pigeons éliminés de la circulation), un « pigeonnier contraceptif » a été installé l'année suivante sur le site de la Manu. Mais sans grand succès. Du coup, selon les spécialistes, la population de pigeons est redevenue aussi importante qu'il y a quatre ans (de 1.500 à 2.000 individus).
Pour y faire face, la Ville va installer plusieurs cages aux abords de l'église Saint-Jacques et du pont Henri IV, où de nombreux pigeons ont pris leurs habitudes.

Scénario à la Hitchcock à Ozon

« Il faut réfléchir à une politique à plus long terme au niveau de la communauté d'agglomération », considère aussi Nelly Cassan-Faux, adjointe au maire en charge de ces questions. Selon elle, il faudrait « faire l'inventaire des pigeonniers en bâti et voir ceux qu'il est possible de remettre en fonction ».
Elle en appelle également aux Châtelleraudais eux-mêmes. « Il y a des mesures que les gens peuvent prendre chez eux. La première chose, c'est éviter de les nourrir dans la rue. »
Pêle-mêle, elle leur demande aussi de « boucher tous les orifices où les pigeons peuvent rentrer », de « faire des signalements auprès de la mairie et des associations »et de « mettre des pics sur les balcons ou sur les toitures »« Dans le cadre de la rénovation du centre urbain, on va être vigilant pour que des pics soient posés sur les toits », souligne d'ailleurs l'élue.
> Corbeaux. Depuis quelque temps, ils sont de plus en plus nombreux « en bordure de l'Ozon », notamment du côté du parc des expositions du Chillou. « Ils se mettent en haut des peupliers. Ils font beaucoup de raffut. »
Tellement de raffut qu'une réunion de quartier a eu lieu en janvier à ce sujet. « On a pris contact avec les trois propriétaires des peupliers et deux sont d'accord pour abattre les leurs et installer des cages à corbeaux, indique Nelly Cassan-Faux. On va en installer dans ce quartier-là. »
> Chats errants. Ils sont toujours légion. L'élue estime que les Châtelleraudais doivent changer de comportement. « Qu'ils évitent de nourrir les chats sur la voie publique. C'est interdit et ils risquent d'être verbalisés. Et, quand on a un chat, on s'arrange pour qu'il ne se reproduise pas ! »

Châtellerault - Municipales 2014 : Gendarmerie : Guérin veut faire bouger l'État

L'avenir du site désaffecté de l'école de gendarmerie semble déjà figurer parmi les enjeux forts de la campagne des municipales. Le socialiste Michel Guérin en a fait en tout cas une priorité dans son programme.

Le candidat PS l'a annoncé il y a quelques jours. Il a pour projet un pôle centré autour de l'industrie numérique et de la formation. Il veut également y installer notamment un pôle sécurité-justice qui intégrerait le commissariat, la police municipale et une « maison de la justice ».
Le maire sortant Jean-Pierre Abelin (Nouveau centre) s'est attelé depuis une semaine, c'est la loi du genre, à décrédibiliser le projet de son adversaire. « Il ne se fera pas », clamait-il en substance lors de sa réunion de présentation de liste. « MM. Guérin-Cibert ont été mis hors-jeu par la préfète », estimait-il encore hier dans ces colonnes, référence à l'avis (négatif) rendu par Élisabeth Borne, en juillet dernier sur l'opportunité de créer une « cité judiciaire » ou en tout état de cause de regrouper des services publics sur le site de l'école.

Le " double échec " d'Abelin

Michel Guérin monte à sa tour au créneau pour défendre son projet… « Si je fais des propositions pour la reconversion du site, c'est malheureusement parce que près de 5 ans après sa fermeture – qu'il avait promis d'empêcher grâce à ses amis à Paris –, l'école de gendarmerie est une immense friche envahie par les mauvaises herbes et sans le début du commencement d'un projet », souligne-t-il dans un communiqué publié hier.
Le candidat parle de « double échec », symbole, selon lui « de la passivité du maire sortant face aux coups durs qui frappent notre ville. »
Quant au veto supposé de la préfète, Michel Guérin a sa petite explication : « Il y a 3 ans, M. Abelin voulait installer sur une minuscule partie de l'école de gendarmerie une cité judiciaire, avec un déplacement de la sous-préfecture qui n'en a nul besoin… et qui ne l'a d'ailleurs jamais demandé. Il était donc normal que ce projet, manquant totalement de réalisme, ait été rejeté par la préfète. »
Le candidat socialiste l'affirme : un projet d'ensemble serait de nature à faire avancer le dossier et à convaincre l'État… « Sur une radio locale, M. Abelin disait récemment attendre que l'État bouge sur ce dossier, assure Michel Guérin. Non, M. Abelin ! C'est à nous de bouger et l'État bougera avec nous ! Sur ce dossier si important pour l'avenir de notre ville, je refuse la fatalité du déclin qui a marqué le mandat écoulé. » On n'a sans doute pas fini d'en parler !

Châtellerault - Société : Ils veulent voir leur fille plus souvent

Une nouvelle audience aura lieu demain jeudi au tribunal de Poitiers pour la garde de la fille de Frédéric et Christelle Renault, retirée à la naissance à ses parents, deux Châtelleraudais sous curatelle souffrant d'un léger handicap mental.

" On ne la voit que le mercredi matin "

Au départ, le couple se battait pour récupérer son enfant, placée dans une famille d'accueil du Châtelleraudais. Après deux échecs devant la justice, ils réclament seulement aujourd'hui de la voir plus souvent. « Pour l'instant, on ne la voit que le mercredi matin (NDLR : en présence d'une travailleuse familiale). C'est tout ce qu'on a. On voudrait la voir toute la journée du mercredi et le samedi matin », explique Frédéric, qui s'inquiète avec son épouse Cécile de l'évolution de la fillette, aujourd'hui âgée de quatre ans. « Elle ne nous dit plus bonjour, elle ne nous parle plus, elle s'éloigne de plus en plus ! »