U.S.O 1931 : site officiel du club de foot de les ormes - footeo

Tours - Angers 2-0

11 mars 2014 - 07:50

Deux buts qui valent Delort pour entretenir l'espoir
                                          
                                                 

                          LE PETIT JOURNAL SPORTIF DE LA TOURAINE   Page 1   

                                        US Les Ormes - Football

                                              
                                     ... MARDI 11 MARS ...                                  

_ _  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Tours - Angers 2-0 Deux buts qui valent Delort pour entretenir l'espoir pour la suite du championnat
Tours - Football - ligue 2 : Signé Andy Delort
Le président Ettori ne s'y trompe pas : Andy Delort a livré un énorme match, comme il en a le secret. - Le président Ettori ne s'y trompe pas : Andy Delort a livré un énorme match, comme il en a le secret. - (Photos cor. NR, Sabrina Fournier)
Le président Ettori ne s'y trompe pas : Andy Delort a livré un énorme match, comme il en a le secret. - (Photos cor. NR, Sabrina Fournier)
TFC - Angers : 2-0 L’avant-centre a été l’homme du match. Avec un travail de sape mais surtout d’orfèvre en deuxième mi-temps.

Deux buts, et quels buts ! Une sortie sur la civière entre les deux, fauché par Hénin. Quatre ovations. Des « Andy, Andy » pour l'encenser. Hier, la star c'était lui. Impuissant, comme son équipe, en première mi-temps pour faire sauter la défense angevine, Andy Delort a fait du… Andy Delort dans la seconde.

Avec donc un premier but, pas loin d'être le même que celui de Lens. « Et de Troyes aussi », s'empresse-t-il de préciser. Puis ce tacle de Hénin. « Si certains ont regardé la vidéo, ils ont pu voir qu'il y a largement rouge, plaide-t-il en réponse à ceux qui l'ont trouvé un peu trop comédien sur le coup. Je ne pense pas en rajouter. » Et enfin ce but magistral, huit minutes après s'être fait faucher. « J'avais demandé à sortir, parce que j'avais vraiment mal. Dans ma tête, je savais qu'il ne me restait peut-être qu'une action. Je vois Bryan Bergougnoux, j'essaie de m'écarter le plus possible du défenseur. Je fais du beach-soccer, j'aime jouer en l'air et derrière, reprise de volée, dans le filet… »

 Stéphane Moulin : " Un joueur hors normes "

C'est limpide, dans le discours comme sur le terrain. Au point de soulever l'admiration de Stéphane Moulin, lui-même.
Si l'entraîneur angevin est donc de ceux qui estiment que Delort en a fait beaucoup sur la faute de Hénin, il lui a tressé des louanges. Directement, puis en conférence de presse. « Je lui ai dit qu'il est un exceptionnel joueur, qu'il continue à faire ce qu'il sait faire, c'est-à-dire à marquer de très beaux buts, plutôt que de faire ce genre d'actions. »Et encore : « C'est un joueur hors normes qui a fait la différence ce soir. »
Olivier Pantaloni, qu'est allé saluer en tribune Delort sitôt sorti à la 76e minute, s'est montré à peine moins élogieux : « C'est sûr qu'il fait ce soir (hier) un match énorme, il marque deux buts exceptionnels. On retrouve le Andy Delort du début de saison. »
Autrement dit un Andy Delort buteur mais pas que. Et si ça se voit moins que sa reprise de volée, cela n'en est pas moins précieux. « Quand vous voyez votre attaquant défendre à ce point et mettre de super buts, vous êtes obligé de faire le travail derrière », glisse ainsi Pascal Bérenguer.
Et de fait, hier soir, c'est tout le TFC qui s'est mis au diapason derrière son feu follet. « On voit que, quand on fait les efforts, qu'on est bien concentré on arrive à être devant, jusqu'au bout, face à une belle équipe d'Angers. Ce soir (hier), on n'a pas pris de buts et cela fait longtemps qu'on n'avait pas été aussi serein derrière », dit-il en leader naturel qu'il est.
Et d'évoquer la suite. Sans fanfaronner, mais avec détermination. « On est conscient de ce que l'on peut faire. Il faut enclencher une série. Il nous reste une longue dernière ligne droite à bien négocier. »
Et avec un Delort tout feu, tout flamme, la ligne droite risque de paraître moins longue.

le chiffre : 20

C'est le cumul des buts (12) et passes décisives (8) réalisés par Andy Delort cette saison. Au classement des joueurs les plus influents de Ligue 2, l'attaquant tourangeau figure en tête devant le Messin Diafra Sakho (15 buts, 2 passes décisives).

Tours - Football - ligue 2 : Mais c'est qu'ils l'ont fait !
Adnane : toute la volonté des Tourangeaux dans ce beau geste. - Adnane : toute la volonté des Tourangeaux dans ce beau geste. - (Photos cor. NR, Sabrina Fournier)
Adnane : toute la volonté des Tourangeaux dans ce beau geste. - (Photos cor. NR, Sabrina Fournier)
TFC - Angers : 2-0 Les Tourangeaux ont fait craquer les Angevins en deuxième période et se remettent dans le sens de la marche pour la montée.

Oui, ils l'ont fait. Mais ils ne l'ont pas fait n'importe comment. Battre Angers, en effet, le TFC l'a déjà réalisé dans le passé. Sans oublier que le SCO n'est pas non plus la terreur de la Ligue 2. Mais là, c'est autre chose : les Bleus se sont surpassés et ont réussi le match parfait.

Un match d'hommes

Les joueurs d'Olivier Pantaloni et d'Alexandre Dujeux avaient fait les choses à moitié à Lens. Juste une mi-temps superbe. Mais là, pardon, gentils messieurs et gentes dames (les 13.035 spectateurs d'hier soir, sauf les deux kops qui nous insupportent par leurs harangues grossières…), les Bleus ont tout bonnement signé le plus beau succès de leur saison.
Méritoire et méritant, compte tenu de l'enjeu, un vrai quitte ou double. Mentalement, ils n'ont jamais lâché de la première à la dernière minute, contrairement à leurs fâcheuses habitudes qui les a vus se relâcher ou s'effondrer en deuxième période. 
Et collectivement, physiquement, tactiquement, le TFC a été aussi parfait et n'a jamais cédé. Il le fallait car la première période s'avéra un match d'hommes, d'une grande intensité, avec deux volontés face à face, avec des contacts explosifs, avec un travail de replacement et de récupération énormes. Pas spectaculaire, mais musclé, où il était compliqué de trouver des espaces et un peu de liberté. 
Dans ce match cadenassé, c'est le TFC qui s'en sortit le mieux, gagnant la majorité des duels, avec un Adnane percutant, un Bérenguer lucide, un Chavalerin et un Santamaria marathoniens, un Cetout généreux, une défense concentrée à l'extrême à l'image de Milosevic, de Fontaine, et du jeune Gradit, gonflé à bloc. Tous bons ! 
Les vagues bleues déferlèrent inexorablement sur les digues angevines qui ne se fissurèrent pas. On comprenait pourquoi le SCO était la meilleure équipe à l'extérieur.

Le prince était charmant

Mais le héros n'était pas encore apparu, le prince charmant tourangeau, avec sa larme au bord des yeux. Il arriva dans l'acte 2, effaçant l'acte 1 et son monde de « brutes »… 
Un régal. Un bain de jouvence. Parce que lorsque vous avez la chance d'être en tribune et que vous assistez aux deux buts de Delort, vous vous dites que le football, parfois si laid, si critiquable, peut être aussi magique et faire rêver. 
Le public ne s'y trompa pas, criant des « Andy ! Andy ! Andy ! » sur l'air des lampions. Quand ce bon public appelle le joueur affectueusement par son prénom, il le fait entrer de facto dans l'histoire des grands attaquants du club. Un adoubement. On a eu des Fred (Aston), des Antoine (Dossevi), des Larbi (Othamni), des Delio (Onnis), des Omar (Da Fonseca), des Jorge (Dominguez), des Angel (Lorenzo), des Ghislain (Gimbert), des Olivier (Giroud)… 
Andy Delort a bien mérité de la patrie tourangelle. Avec ses 12 buts, il est le bras armé d'un TFC qui n'a pas abandonné l'idée d'aller se mêler à la montée. 
« Il y a Andy, c'est vrai, mais il y a aussi tous les autres joueurs qui ont vraiment pris conscience de leurs moyens et de leur potentiel » dira Olivier Pantaloni. Oui, c'était le succès de Delort, mais aussi celui d'une vraie équipe.

le film du match

3eSur coup franc, une combinaison entre Bergougnoux, Chavalerin et Adnane permet à ce dernier d'inquiéter Malicki à bout portant. Mais le portier angevin est vigilant.
5ePremière frayeur à la Vallée du Cher sur une percée puis un tir de Yattara. La tentative passe finalement très loin du cadre…
12eSur un ballon perdu par Bergougnoux aux 20 mètres, Yattara adresse une frappe du gauche, facilement captée par Leroy.
17e : Percée plein axe de Delort, qui enchaîne la frappe. Légèrement détournée par un défenseur, au ras du montant droit.
41e. Très belle inspiration de Yattara : le meilleur buteur angevin adresse une louche à Socrier. Seul face à Leroy, l'attaquant enlève trop sa demi-volée.
42e. Aux 25 mètres, Adnane s'essaye du gauche. Avec raison : le ballon prend la direction de la lucarne, mais Malicki réalise une magnifique claquette.
43e. Sur un ballon contré, Delort rôde bien, mais sa tentative écrasée ne fait que frôler le poteau.
46e. Delort remet de la tête pour Adnane, qui joue parfaitement le une-deux avec son partenaire dans la profondeur. L'ancien Ajaccien fixe Konaté, avant une frappe puissante et limpide du droit dans le petit filet opposé de Malicki. 1-0
74eA deux contre un, Bérenguer fixe le défenseur mais oublie de servir Santamaria, lancé. La frappe n'était pas la meilleure solution, et elle est écrasée…
75e. Après un très bel enchaînement de passes, Delort hérite du ballon aux 16 mètres : l'attaquant se lève lui-même le ballon, avant une reprise de volée magistrale dans le petit filet opposé. Sans aucun doute l'un de ses plus beaux buts. Le 12e de sa saison.2-0
77eSur un une-deux avec Santamaria, Adnane mystifie son défenseur dans la surface, mais sa reprise en bout de course est manquée.
88e. Décalé par Eudeline, Ayari envoie une frappe puissante, mais Leroy bouche bien son angle pour dévier le ballon en corner.

la fiche

Mi-temps : 0-0.
Spectateurs : 13.035.
Arbitre : M. Jochem. 
Buts : Delort (46e, 76e).
Avertissements : Tours : Milosevic (51e), Bergougnoux (62e) ; Angers : Eudeline (29e), Malicki (76e).
Expulsion : à Angers, Hénin (68e).
TOURS : B. Leroy (cap.) - Gradit, Milosevic, T. Fontaine, Cetout - Chavalerin, Bérenguer, Santamaria (Guihoata 89e) - Bergougnoux, Adnane (Ketkeophomphone 90+4) - Delort (Kouakou 77e). Entraîneur : Pantaloni.
ANGERS : Malicki (cap.) - Angoula, R. Thomas, D. Konaté, Frikeche - M. Yattara, I. Keita, Auriac (Hénin 54e), Eudeline - Socrier (Boufal 72e), Blayac (Ayari 54e). Entraîneur : Moulin.

télex : *** Les jeunes Dugain, Mesbah et Sanial ont été retenus en équipe de France U16 avenirs et sont actuellement à Clairefontaine. La formation, ça marche au TFC *** Les scouts de Monaco et de Lille étaient présents *** C'est le régional de l'étape,Xavier Gravelaine, qui officiait en tant que consultant chez Eurosport ***250 supporters du SCO étaient dans la tribune est (lire en page 3) *** Les ramasseurs de ballon venaient de Chambourg et de Reignac. Un sacré souvenir pour les gamins.

Football - Ligue 2 : Tours domine Angers sur un doublé de Delort (2-0)
Bergougnoux et le TFC ont gagné devant Angers - Bergougnoux et le TFC ont gagné devant Angers - (Photo NR, Patrice Deschamps)
Bergougnoux et le TFC ont gagné devant Angers - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Grâce à deux buts d'Andy Delort, le Tours FC a battu Angers et se rapproche à trois points du podium

Dans une première mi-temps assez fermée et globalement ennuyeuse, le Tours FC a eu plus d'opportunités que son adversaire. Mais c'est le Sco qui a bénéficié de la meilleure occasion d'ouvrir le score : sur un service en louche de Yattara, Socrier a trop enlevé sa demi-volée face à Leroy (41').

Sinon ? Les hommes d'Olivier Pantaloni ont tenté d'emballer la rencontre, en y parvenant seulement par séquences. Delort a vu sa tentative plein axe frôler le montant (17'), sa demi-volée excentrée trop écrasée (34'), Adnane sa reprise contrée (26').

De belles situations, plus que des occasions franches, avant la magnifique tentative du gauche d'Adnane, sortie par une belle claquette de Malicki (42').

Pendant 45 minutes, le TFC a donc plutôt joué juste face à un bloc compact, d'abord venu en Indre-et-Loire pour conserver le point du match nul.

Quand Delort enflamme le stade...

La récompense est venue juste après le repos, avec le duo déjà très en vue à Lens pour faire la différence. Sur une remise de la tête de Delort, Adnane a parfaitement joué le une-deux avec son partenaire pour le lancer dans la profondeur. Face à Malicki, Delort n'a pas tremblé : onzième but de la saison sur une frappe puissante et croisée du droit dans le petit filet (1-0, 46')

Ensuite, le calme est revenu dans la rencontre, parce que Tours a baissé un peu de pied et que le Sco d'Angers avait toujours aussi peu d'idées balle aux pieds.

Pas grand-chose à signaler, donc, avant le retour dans la lumière de Delort. Après une très belle séquence de passes, l'attaquant a hérité du ballon aux 16 mètres, se l'est levé lui-même, avant une reprise de volée exceptionnelle dans le petit filet de Malicki (2-0, 75').

Du beau travail, avant une sortie du terrain sous les ovations du public. Dans le dernier quart d'heure, Tours a tranquillement géré son avantage.

Grâce à son état d'esprit et un Delort toujours aussi inspiré, le podium n'est plus qu'à trois points, même si Angers a toujours un match en retard à jouer à Brest.

Des raisons d'espérer, et un espoir retrouvé de se mêler pleinement à la course à la Ligue 1.

Gradit : " J'ai réussi à m'adapter "

Grande première hier soir pour Jonathan Gradit qui n'avait jamais joué en Ligue 2. Et première plus que réussie. - Grande première hier soir pour Jonathan Gradit qui n'avait jamais joué en Ligue 2. Et première plus que réussie.
Grande première hier soir pour Jonathan Gradit qui n'avait jamais joué en Ligue 2. Et première plus que réussie.
Olivier Pantaloni (entraîneur du Tours FC) : « C'était un match plein, avec beaucoup d'engagement et d'application de notre part. On n'a jamais perdu le fil de cette rencontre. On avait décidé d'être d'abord très rigoureux défensivement, en essayant de mettre beaucoup de déplacement au cœur du jeu. C'était un peu laborieux au départ. On a concédé qu'une seule occasion en première mi-temps et on a quand même eu quelques opportunités. Mais dans les trente derniers mètres, on n'était pas très performants. Le fait d'ouvrir le score juste après la pause nous met dans une situation très favorable. »
Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers) : « Cela faisait tellement longtemps qu'on n'avait pas perdu, il fallait bien que ça arrive. Quand on n'est pas bon et qu'on perd, c'est logique. Il y a une justice dans le football. Je n'ai pas été surpris par le niveau de Tours. Metz en avait pris quatre ici, Lens trois, on en prend deux. Sur l'expulsion, je n'ai juste pas apprécié que l'arbitre mette d'abord un jaune, avant de sortir le rouge en voyant Delort se rouler par terre. Cela signifie qu'il s'est laissé abuser. Je n'en veux pas au joueur, il a joué sa partition. On n'a pas été au niveau de ce match, on a été sanctionné. 
Jonathan Gradit (défenseur du Tours FC) : « C'était dur ce premier match en Ligue 2, avec beaucoup de pression au début, pendant la préparation aussi. Mais j'ai réussi au fil du match à m'adapter. Je suis super content, en plus il y a la victoire au bout. Le premier but d'Andy nous fait du bien. D'autant que derrière, Angers laisse des espaces, ce qui nous permet de marquer le deuxième but. Les derniers matchs, on avait pris pas mal de buts. Là, on a bien tenu. A la mi-temps, le coach nous a dit que des espaces allaient se créer et c'est exactement ce qu'il s'est passé. »
 
Pascal Bérenguer (milieu de terrain du Tours FC) : « C'est encore un match référence à la maison, face au deuxième. J'avais dit qu'en étant tous à 100 %, on n'avait pas grand-chose à envier à ces équipes. On l'a vu ce soir (hier). Je veux tirer un grand coup de chapeau au jeune Gradit. Pour une première en Ligue 2, j'ai vraiment été agréablement surpris par sa performance. Un groupe, c'est ça. Notre victoire est amplement méritée. »

Commentaires